border border border border
border
  http://www.historia-nostra.com   26-06-2017 v1.02  
border border
flower image
  Portail collaboratif

des passionnés d'histoire
border border
 arrow 
   
border border


Accueil
Préhistoire
Histoire antique
Histoire médiévale
XVIe-XVIIIe
Histoire moderne
Religion
Géographie
Biographies
Histoire de l'art
Sciences
Exploration
Membres
Login
Pass 
Se souvenir de moi
Perdu votre mot de passe ?
Partenaires



Histoire pour tous


Histoire-Généalogie, la vie et la mémoire des hommes

Car un pays sans passé est un pays sans avenir...




Atlas du monde

Histoire en questions



Histoire grecque
Qui veut "revoir Syracuse" ? Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Alix Ducret   
08-12-2009
Appareillage d'un navire grec (dessin moderne).
Appareillage d'un navire grec (dessin moderne).
Présentée, à juste titre d'ailleurs, comme le type même de l'établissement coloniale, la Sicile et plus précisément Syracuse a pourtant été, à plusieurs reprises, à deux doigts de se libérer de ces conquêtes dont elle était l'objet et, même, de dominer à son tour.
Fondée en 734 avant J.-C. par les Corinthiens, Syracuse allait devenir une des principales colonies de la Grande Grèce, sa ville principale et fonder, à son tour, plusieurs colonies, comme Acrae, Casmenae, Camarina. Mais le pouvoir des "gamoroï", les descendants des colons corinthiens, était suffisamment despotique pour attirer à eux la vindicte populaire : en 485 avant J.-C., la plèbe les chassent de la cité, conduisant les gamoroï à faire appel au tyran voisin : Géla. Bien leur en prit, car Géla allait faire de Syracuse la capitale des établissements grecs de la Sicile et permettre à l'île de résister aux Carthaginois. Sous le règne de son frère et successeur, Hiéron, Syracuse allait exercer son hégémonie sur toute l'île et étendre même son pouvoir et son influence sur des villes de la péninsule italienne, à Cumes notamment. Le premier empire "syracusien" s'achèvera en 466, après seulement vingt ans, lorsque Thasybule, frère de Géla et de Hiéron, fut chassé par les démocrates.
Une restauration de la démocratie qui ne sera que de façade cependant, Syracuse n'hésitant guère à soutenir Sparte durant la guerre du Péloponnèse, ce qui lui vaudra de voir les Athéniens mettre le siège -en vain- devant la cité.
Dernière mise à jour : ( 08-12-2009 )

Lire la suite...


Les Achéens ou l'histoire d'une expansion Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Alix Ducret   
05-11-2009
Vestiges de la porte des Lionnes, à Mycènes.
Vestiges de la porte des Lionnes, à Mycènes.
Si dans les poèmes homériques le terme d'Achéens désigne indistinctement les Grecs participant au siège de Troie, il est certain qu'ils constituaient une famille bien particulière, sans doute la plus ancienne de la race hellénique.
Arrivés en Grèce au début du IIe millénaire avant J.-C., ces guerriers de type nordique, adeptes de l'usage du cuivre, refoulèrent les Pélasges dans les zones montagneuses et s'établirent en Thessalie puis dans la Grèce centrale et dans le Péloponèse, apportant une nouvelle langue d'où devait sortir le grec. Ignorants des choses de la mer, les Achéens se limiteront longtemps à la Grèce continentale où ils feront émerger la civilisation mycénienne (XVIe-XIIIe siècles avant J.-C.). La porte des Lionnes à Mycènes, l'Acropole de Tirynthe conservent le souvenir de cette race guerrière, prônant la force et la sévérité.
C'est en côtoyant les Crétois que les Achéens vont se faire marins. Ils établissent alors des relations commerciales avec l'Egypte, les Hittites, Chypre enfin. Mais c'est en profitant de la ruine de la civilisation minoenne que la civilisation mycénienne prend toute son ampleur et rayonne alors sur la Méditerranée orientale et en Sicile.
Dernière mise à jour : ( 05-11-2009 )

Lire la suite...


Thèbes, cité de légendes Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Brune de Crespt   
16-10-2009
Œdipe sera retrouvé par un berger, les pieds attachés, avant d'être confié à Polybe, roi de Corinthe (statue ancienne).
Œdipe sera retrouvé par un berger, les pieds attachés, avant d'être confié à Polybe, roi de Corinthe (statue ancienne).
De nombreuses légendes rattachent le nom de Thèbes à la mythologie antique. Fondée par Cadmos, elle aurait vu le règne des Labdacides mais aussi d'Œdipe et de ses frères ; elle aurait connu la guerre des Sept Chefs et celle des Epigones.
Ce qui est certain, c'est que Thèbes est une des plus anciennes cités fortifiées de la Grèce et qu'elle apparaît, dès le début de l'époque classique, comme la capitale de la Béotie.
République oligarchique, elle prend la tête de la ligue béotienne mais se heurte, à la fin du VIe siècle avant J.-C., à Athènes qui soutient alors l'indépendance de Platées. Par vengeance, elle s'allie aux Perses durant la seconde guerre médique mais sera vaincue par Mardonius à Platées (479 avant J.-C.). Une défaite qui annonce la fin de sa direction de la ligue Béotienne. Affranchie d'Athènes, la rebelle Thèbes va alors s'allier avec Sparte dans la guerre du Péloponnèse mais, après la prise d'Athènes et la crainte de voir l'hégémonie spartiate empiéter sur son indépendance la feront se rapprocher de son ancienne ennemie. Avec Athènes, Corinthe et Argos, elle forme, en 396 avant J.-C., la ligue contre les Lacédémoniens. L'échec de cette ligue sera d'autant plus douloureux qu'en 393 avant J.-C., Thèbes tombe aux mains des Spartiates.
Dernière mise à jour : ( 16-10-2009 )

Lire la suite...


Serfs et servage dans l'Antiquité Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Alix Ducret   
07-10-2009
Médaille d'esclave grec ou romain.
Médaille d'esclave grec ou romain.
C'est bien à tort que l'on assimile le mot de servage ou de serf avec le Moyen Âge. C'est à tort également qu'on le confond avec l'esclavage. De fait, le servage est une condition intermédiaire entre l'esclave et l'homme libre. Certes, le serf n'est pas son propre maître et dépend d'un autre homme, mais il jouit d'une certaine protection légale, quant l'esclave n'est rien de plus que l'équivalent d'un meuble ou d'un animal.
La Grèce antique offre plusieurs exemples de servage. Le plus connu est le cas des hilotes de Sparte. Appelés à cultiver la terre, les hilotes n'avaient en principe aucun droit ni aucune liberté. Dans les faits cependant, ils étaient parfaitement libres de cultiver comme bon leur semblait, pouvaient améliorer leur condition de vie et même acheter leur affranchissement, le tout moyennant une redevance fixe.
Sous les Ptolémées et les Séleucides, le servage était également monnaie courante, notamment du au fait que les Grecs préféraient imposer une sujétion héréditaire plutôt que de réduire en esclavage. Une sujétion qui impliquait également l'attachement à la terre. Cette institution orientale semble avoir été le socle du "colonat" des Romains, qui devait se répandre au IIe et IIIe siècles de notre ère.
Dernière mise à jour : ( 07-10-2009 )

Lire la suite...


L'ostracisme ou la démocratie démagogue Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Alix Ducret   
21-09-2009
Buste de Thémistocle (528-462 av.J.-C).
Buste de Thémistocle (528-462 av.J.-C).
La démocratie : rares sont les politiques actuels à ne pas revendiquer les valeurs qui y sont attachées. Mais la démocratie s'accompagne parfois -et même souvent- de démagogie et c'est à ce moment-là qu'elle commet les pires abus. Sans entrer dans un débat sur l'actualité -chacun pourra faire les rapprochements qu'ils désirent-, il suffit, pour s'en convaincre, de regarder l'histoire. De regarder même au berceau de la démocratie : l'antique Athènes.
Dans l'Athènes de l'Antiquité, à l'époque où la démocratie forge la puissance de la cité et fait sa gloire, la justice, si elle joue le jeu de la démocratie, va aussi être celui de la démagogie et, au final, de l'injustice et de l'abus. L'ostracisme, notamment, en est un exemple frappant.
C'est en 508 avant J.-C. que l'ostracisme est approuvé dans le cadre des réformes de Clisthène qu'apparaît cette nouvelle forme de justice. C'était un jugement par lequel les Athéniens avaient possibilité de bannir, pour une période déterminée, un citoyen jugé dangereux pour les libertés et l'ordre public.
Dernière mise à jour : ( 21-09-2009 )

Lire la suite...


Chypre, le berceau d'Aphrodite Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Brune de Crespt   
05-04-2009
Médaille antique de Vénus-Uranie.
Médaille antique de Vénus-Uranie.
"Cypris" ou Aphrodite : tel est le nom de ce joyau de la Méditerranée. Un joyau de pierres qui, dès l'Antiquité et parce qu'elle se situe au cœur d'un intense échange commercial, devint un joyau des plus prisé. Colonisée successivement par les Phéniciens (vers 1500 avant J.-C.) puis par les Grecs (vers 1000 avant J.-C.), elle subit la domination assyrienne avant de revenir aux Phéniciens puis de passée à l'Egypte et enfin à l'empire perse. Des conquêtes et des dominations successives qui allaient lui permettre de conserver une relative autonomie, au point de sortir, vers 400 avant J.-C., de ces temps de soumission officielle, à un intense rayonnement. Les cités les plus importantes étaient alors Amathonte, Paphos et Idalie, toutes trois consacrées à la déesse Aphrodite qui serait venue y parfaire sa beauté avant de faire son entrée dans l'Olympe. Au début du IVe siècle avant J.-C., Chypre était donc indépendante, jusqu'à ce qu'elle soit intégrée à l'empire d'Alexandre. A la mort de ce dernier, elle sera d'ailleurs vivement disputée par les "héritiers" du Conquérant, qu'ils soient de Syrie ou d'Egypte. Finalement, c'est Caton, le Romain, qui s'en emparera et en fera, en 58 avant J.-C., une province romaine.
Dernière mise à jour : ( 05-04-2009 )

Lire la suite...


Alexandre le Grand, la conquête éclaire Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Constance Cousin   
16-01-2009
Médaille représentant Alexandre le Grand.
Médaille représentant Alexandre le Grand.
 «Son dessein, note Plutarque dans ses Vies parallèles, ne fut pas de courir fourrager l’Asie comme un capitaine de larrons, ni de la saccager, ni de la piller…
Sa volonté fut de rendre toute la terre habitable sujette à une même raison
et tous les hommes, citoyens d’un même État. La façon dont il réalisa son expédition nous montre qu’il agit en vrai philosophe.»
Philosophe plus que conquérant ? La question ne se pose guère au regard des premiers pas politiques d'Alexandre.
A peine Philippe II tombe-t-il sous les coups de Pausanias, qu'Alexandre se fait acclamer roi par l'armée. Fut-il, lui-même, l'instigateur de ce meurtre ? Y aurait-il vu un moyen de s'assurer la succession ? Toujours est-il que l'armée de Macédoine ne fait pas tout et que, dès son avènement, Alexandre III -qui n'est pas encore le Grand- doit faire face à une véritable levée de bouclier, à laquelle le nouveau roi met fin avec une certaine fermeté : une expédition éclair lui assure, dès l'été 336 avant J.-C., la succession comme archonte de Tessalie, amphiction de Thèbes et hégémone de la Ligue de Corinthe ; enfin, l'année suivante, Thèbes est rasée.
Son pouvoir consolidé en Grèce, Alexandre va reprendre à son compte les projets de son père.
Dernière mise à jour : ( 16-01-2009 )

Lire la suite...




haut de la page Haut de page haut de la page



border borderborder border
     
border
powered by mambo open source - tdw
border
border border






border border border border
border border border border

Advertisement