border border border border
border
  http://www.historia-nostra.com   28-04-2017 v1.02  
border border
flower image
  Portail collaboratif

des passionnés d'histoire
border border
 arrow 
   
border border


Accueil
Préhistoire
Histoire antique
Histoire médiévale
XVIe-XVIIIe
Histoire moderne
Religion
Géographie
Biographies
Histoire de l'art
Sciences
Exploration
Membres
Login
Pass 
Se souvenir de moi
Perdu votre mot de passe ?
Partenaires



Histoire pour tous


Histoire-Généalogie, la vie et la mémoire des hommes

Car un pays sans passé est un pays sans avenir...




Atlas du monde

Histoire en questions



Histoire romaine
Saint Léon le Grand, face aux Barbares Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Mathilde Dumas   
10-08-2010
Icône de saint Léon le Grand.
Icône de saint Léon le Grand.
Ce Romain pur souche, fils d'un certain Quintinianus, participera, sous le pontificat de Célestin aux luttes dogmatiques qui agitent le temps, notamment, le pélagianisme, qui exaltait la nature et la volonté humaine. Il sera élu pape alors qu'il effectuait une mission diplomatique en Gaule et sera sacré le 29 septembre 440. Plus tard, il aura l'occasion de se distinguer encore contre le manichéisme et le pélagianisme et dans certaines controverses. Mais ce n'est pas tant sur le plan théologique que Léon Ier, dit le Grand, va marquer son époque. Plus que tout autre, il sera le pape qui va réaffrimer -voir affirmer- le pouvoir papal. Un pouvoir qui sera reconnu au concile de Chalcédoine (451) où l'exposé de sa doctrine, présente dans le "Tome à Flavien" sera accueilli au cris de : "Pierre a parlé par la voix de Léon !"
De fait, Léon le Grand aura toute possibilité de montrer le pouvoir du pape. Dans les controverses orientales -encore et toujours- mais également face aux Barbares qui envahissent l'Occident. Et cette position, il va l'assumer pleinement, dans les actes. En 452, lors de l'invasion des Huns, c'est Léon lui-même qui se présente devant Attila et qui le convainc d'épargner Rome -contre paiement d'un tribu annuel, tout de même. E, 455, c'est lui encore qui parlemente avec le Vandale Genséric. Moins heureux qu'avec Attila, il obtiendra malgré tout que les sévices des Vandales, qui venaient de prendre Rome, soient limités. Autant d'actions qui, sans être des actes d'éclat, montraient sa volonté d'être l'ultime rempart de l'Occident face aux Barbares.
Dernière mise à jour : ( 10-08-2010 )

Lire la suite...


Tibère, l'empereur républicain Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Brune de Crespt   
14-07-2010
Buste de l'empereur Tibère (42 avant J.-C.-37 après J.-C.).
Buste de l'empereur Tibère (42 avant J.-C.-37 après J.-C.).
Si Auguste avait fait semblant de respecter la République tout en mettant en place l'empire -ou du moins le principat-, Tibère, son successeur sera bel et bien empereur... sans pour autant en avoir l'envie, le désir. Et il s'en faudra de peu pour que le rêve d'Auguste ne s'effondre avec un retour à la République.
De fait, lorsque Auguste meurt, en 14 après J.-C., c'est le règne de l'incertitude et de l'inaction. Tibère ne veut pas réclamer les pouvoirs qui lui seront nécessaires pour régner ; et le Sénat hésite à accéder à la volonté d'Auguste et à reprendre les pouvoirs qui lui avait été ravis, ce qui équivaudrait  à un retour à la République pleine et entière et non plus apparente comme sous le « règne » d'Auguste. Un mois durant, le Sénat va hésiter, osciller pour finalement octroyer à l'héritier désigné ce qui signe l'acte de décès de la République. Le plus étonnant, c'est que Tibère sera sans nul doute l'empereur le plus attaché aux valeurs de la République, celui qui la regrettera la plus, qui comprendra le plus ce qu'elle représentait... pour la bonne et simple raison qu'il était lui-même fils de la République.
Dernière mise à jour : ( 14-07-2010 )

Lire la suite...


Sylla, le fils des dieux Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Alix Ducret   
24-05-2010
Buste de Sylla (138 avant J.-C.-78 avant J.-C.).
Buste de Sylla (138 avant J.-C.-78 avant J.-C.).
La fin du IIe siècle et le début du Ier siècle avant J.-C., avaient vu l'émergence de nouvelles revendications à Rome. Les Gracques avaient initié un mouvement qui allait aboutir, entre 91 et 95 avant J.-C., à une véritable guerre sociale opposant les Populares, partisans de la plèbe, et les Optimates, les clans sénatoriaux. Marius, homme d'humble extraction qui avait accédé au consulat en 107 avant J.-C., avait tenté de mener à bien les guerres extérieures -celle contre Jugurtha notamment-, et quelques réformes, mais les lois romaines elles-mêmes, le statu des uns et des autres se trouvait bouleversé du fait même des conquêtes. Des peuples de la péninsule avaient réclamé le statu de citoyen romain, avaient même créé une ligue indépendante ; les partis classiques se déchiraient, au point d'arriver à la guerre civile.
C'est dans cette situation critique pour Rome, qu'apparaît Sylla. Un homme qui va jouer le premier acte qui mènera à l'empire, donc à la fin de la République.
Aristocrate ambitieux, militaire de talent lors de la guerre sociale, Sylla atteint le rang de consul en 88 avant J.-C.. Surtout, il est un adversaire acharné des Populares et milite pour la conservation du pouvoir par les grandes familles romaines. Mais Sylla est plus qu'un conservateur. En fait, il se voit comme l'homme que les dieux ont désigné pour... régner. Exactement comme César après lui, comme Auguste et comme tous les empereurs qui feront l'empire.
Dernière mise à jour : ( 24-05-2010 )

Lire la suite...


Retour sur une religion méconnue : la religion romaine Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Alix Ducret   
25-04-2010
Statuette d'un prêtre romain.
Statuette d'un prêtre romain.
Les Romains eux-mêmes se voyaient volontiers comme les plus religieux, les plus pieux des hommes. De fait, la religion faisait partie de la vie quotidienne ; elle lui imposait son rythme, depuis les premiers jours de la vie jusqu'aux derniers. Mais cette religion du quotidien était également dépourvue de mythologie propre, au point d'avoir adopté sans vergogne les divinités du panthéon grec et même celles d'autres régions, notamment des divinités orientales. Cette vision, qui est celle que les historiens ont eu pendant des siècles, est aujourd'hui sujet à révision et les spécialistes se penchent avec un intérêt nouveau sur la vision du divin chez les Romains.
Si la religion était si présente dans tous les actes de la vie, c'est avant tout parce que les Romains voyaient la main des dieux partout, dans tout. C'est également parce que, dans l'espoir de parer à toute éventualité et de ne surtout pas fâcher les dieux, tout en ignorant d'ailleurs ce qu'ils désirent vraiment. Durant la période archaïque, ces divinités n'avaient pas non plus d'apparence humaine, comme les divinités grecques. Des divinités que les Romains adopteront à l'époque classique, sans pour autant abandonner leurs rites. De fait, et c'est un trait particulier de la religion romaine, rien n'est jamais supprimé. Au fil des siècles, malgré l'apport de religions nouvelles, aucun rite ne sera abandonné. Et c'est finalement fort logique et s'explique par la conception même de la religion romaine. En effet, on a dit que si les rites étaient intimement lié au quotidien de la vie, c'était dans le but de toujours satisfaire aux dieux, de parer à toute éventualité. La chose se répète dans l'addition des rites et des croyances, car pourquoi abandonné quelque chose qui pourrait éventuellement servir encore ?
Dernière mise à jour : ( 25-04-2010 )

Lire la suite...


Livie : un « maître » pour Agrippine Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Alix Ducret   
28-03-2010
Auguste et Livie (détail d'une peinture de J.-B. Wicar).
Auguste et Livie (détail d'une peinture de J.-B. Wicar).
Messaline, Agrippine : voilà des noms que l'on connaît et pas de la meilleure façon qui soit. Mais Livie dans tout ça ? La femme d'Auguste est loin d'être exempte de tout reproche ; elle ressemblerait même assez à Agrippine, dont on peut dire qu'elle sera, par son histoire, une sorte de maître dans l'art de conspirer.
Cette héritière de la gens Claudia avait épousé Tiberius Claudius Nero dont elle avait un fils, le futur empereur Tibère, et dont elle attendait un second fils, Drusus, lorsqu'Auguste s'éprit d'elle et en fit son épouse (38 avant J.-C.). Son mariage avec le plus haut représentant de l'Etat étant demeuré stérile, Livie n'aura de cesse de mettre son ou ses fils sur le trône de cet empire qui se dessinait à grands pas. Mais être la femme d'Auguste ne permettait pas tout ; surtout, cela n'éliminait pas tous les autres prétendants à la succession de celui qui avait volontairement refusé d'être empereur en titre tout en en assumant toutes les fonctions. C'était donc un destin exceptionnel que Livie voulait pour les fils de Tiberius Claudius Nero.
De fait, sa propre succession sera la grande affaire d'Auguste. Pour se faire, il octroie à son neveu -le fils de sa soeur- le pontificat et l'édilité alors même qu'il n'est qu'un adolescent ; il octroie à Marcus Agrippa, un de ses meilleurs généraux, deux consulats successifs, puis en fait son gendre. Et si ses beaux-fils, les fils de Livie, deviennent « imperator », Auguste adopte les fils d'Agrippa, Caïus et Lucius. Il semble bien que ce soit sur eux que le maître de Rome ait fondé le plus d'espoir. C'est donc sur eux que Livie s'acharnera.
Dernière mise à jour : ( 29-03-2010 )

Lire la suite...


Les fils d'Enée Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Soumis par Emma Benedetti   
09-03-2010
Enée, d'après le détail d'une fresque du Ier siècle après J.-C.).
Enée, d'après le détail d'une fresque du Ier siècle après J.-C.).
« Voici le fils de Mars, Romulus, que sa mère Ilia, du sang d'Assaracus, mettra au monde. Vois-tu comme deux aigrettes se dressent sur sa tête ? C'est le père des dieux lui-même qui déjà le distingue par cet honneur. C'est sous ses auspices, mon fils, que la grande et illustre Rome égalera son empire à travers l'univers, sa fierté à l'Olympe et un seul rempart entourera sept collines. Ville bénie dans sa postérité de héros (…). Et maintenant, tourne tes yeux, regarde cette nation, tes Romains ».
Virgile, dans son Enéide, n'invente rien. Ou, plutôt, il relate, avec talent, ce dont les Romains sont convaincus et qui, depuis, des années, fait la base de leur histoire, à savoir qu'ils sont les descendants des Troyens, apparus dans le Latium sous la conduite d'Enée. Mais cette histoire tient-elle plus du mythe que de la réalité ? De fait, les recherches historiques et archéologiques semblent accréditer les principaux chapitres de la fondation de Rome et de siècles de la royauté.
C'est vers le milieu du IIe millénaire avant J.-C. Que l'on date l'arrivée, en Italie, de peuples indo-européens. Un période qui correspond, en gros, à l'histoire de l'arrivée d'Enée et de ses compagnons.  Entre le IXe et le VIIe siècle, les monts Albains et les collines de la future Rome sont peuplés, laissant les plaines, marécageuses, à l'abandon. C'est également au VIIe siècle avant J.-C. que ces villages vont s'unir pour former une coalition, la ligue septimoniale, unifiée essentiellement par des liens religieux. Le capitole, le Quirinal, le Viminal restent en dehors de la ligue et sont sans doute, à l'époque, occupés par des Sabins.
Dernière mise à jour : ( 09-03-2010 )

Lire la suite...


Caïus Gracchus, une oeuvre immense et méconnue Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Alix Ducret   
03-03-2010
Tiberius et Caïus Gracchus (ou Gracques), d'après Eugène Guillaume.
Tiberius et Caïus Gracchus (ou Gracques), d'après Eugène Guillaume.
En 133 avant J.-C., c'est Tiberius Gracchus, son frère, qui, le premier, s'illustre. La question agraire, celle de l'Ager publicus, est en train de bouleverser la donne économique de la cité romaine et de toute la péninsule. A ce problème, qui met en concurrence de petits propriétaires terriens avec les possesseurs de vastes domaines -possesseurs généralement issus de la noblesse-, Tiberius, tribun de la plèbe, propose une loi qui limiterait la possession de terres provenant de l'Ager publicus. Il annonce même la création d'un triumvirat chargé de veiller à la bonne répartition de ces terres. Devant l'opposition, incarnée par le tribun Octavius, Tiberius va répondre par la destitiution d'Octavius... ce que le droit romain interdit formellement car tout tribun de la plèbe est jugé inviolable. Tiberius, ainsi que trois cents de ces partisans, payeront de leur vie cette violation.
Dix ans plus tard, c'est son Caïus qui se lance dans la bataille. Fils d'un consul et d'un censeur, petit-fils par sa mère de Scipion l'Africain, héros des guerres puniques, Caïus Gracchus est nettement plus énergique que son frère. En 123 et 122, il est élu tribun de la plèbe, comme son frère dix ans auparavant, mais sous son consulat, Caïus va faire bien plus que son frère. En deux ans seulement, il fait voter une loi agraire -qui reprend, en gros, celle de son frère ; mais assure également une distribution de blé aux pauvres -loi frumentaire-, annonce qu'un légionnaire sera désormais équipé par l'Etat, ce qui aura pour conséquence d'augmenter les contingents.
Dernière mise à jour : ( 03-03-2010 )

Lire la suite...


<< Début < Précédente 1 2 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 37 sur 50


haut de la page Haut de page haut de la page



border borderborder border
     
border
powered by mambo open source - tdw
border
border border






border border border border
border border border border

Advertisement