border border border border
border
  http://www.historia-nostra.com   25-02-2017 v1.02  
border border
flower image
  Portail collaboratif

des passionnés d'histoire
border border
 arrow 
   
border border


Accueil
Préhistoire
Histoire antique
Histoire médiévale
XVIe-XVIIIe
Histoire moderne
Religion
Géographie
Biographies
Histoire de l'art
Sciences
Exploration
Membres
Login
Pass 
Se souvenir de moi
Perdu votre mot de passe ?
Partenaires



Histoire pour tous


Histoire-Généalogie, la vie et la mémoire des hommes

Car un pays sans passé est un pays sans avenir...




Atlas du monde

Histoire en questions



Inventions
Le papyrus ou les premières feuilles de papier Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Soumis par Emma Benedetti   
03-01-2010
Un scribe (statue conservée au Louvre).
Un scribe (statue conservée au Louvre).
Avec quoi ou plutôt sur quoi écrivait-on avant l'invention du papier ? En Egypte, dans l'Antiquité, on écrivait sur du papyrus.
Si elle a aujourd'hui disparu d'Egypte, cette plante aquatique poussait en abondance sur les bords du Nil et dans les eaux marécageuses du delta. Hérodote raconte que les Egyptiens se nourrissaient de la tige de la plante en en faisant un "pain de lis" et que le reste servait à confectionner une sorte de papier. Les anciens Egyptiens retiraient la moelle contenue dans la tige et en formaient une sorte de tissu. Séché en presse, martelé, pressé puis battu une seconde fois, la matière était ensuite encollé avec une bouillie très fine de mie de pain mise à détrempée dans de l'eau chaude, ce qui rendait la feuille imperméable sans pour autant lui ôter sa souplesse et tout en lui donnant un blancheur éclatante.
L'invention du papyrus date au moins du XVIe siècle avant J.-C.. Il devait se répandre dans tout le monde ancien et demeurer en usage jusqu'au haut Moyen-Age. C'est vers la fin du VIIIe siècle, avec l'invention du papier de coton, qu'il sera finalement abandonné.
Dernière mise à jour : ( 03-01-2010 )

De l'hévéa à Goodyear Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Soumis par Emma Benedetti   
25-04-2008
Charles de La Condamine (1701-1774).
Charles de La Condamine (1701-1774).
C'est en voyant les Haïtiens jouer avec une balle en élastique que Christophe Colomb découvrit, lors de son second voyage en Amérique (1493-1496), le caoutchouc. Deux siècles plus tard, les Français La Condamine et Fresneau donnaient les premières descriptions scientifiques de l'arbre à caoutchouc, autrement dit de l'hévéa, ainsi que des méthodes d'extraction employées par les Indiens. Il faudra encore un siècle et la découverte du benzol par Charles Macintosh (1820) puis celle de la vulcanisation permettant d'insensibiliser le matériau aux variations de température par Goodyear (1839) pour que John Dunlop imagine le pneumatique. De fait, la fin du XIXe siècle marque l'apogée de la recherche en matière de cycle, depuis la bicyclette jusqu'à l'automobile et la naissance d'une industrie désormais florissante.
Dernière mise à jour : ( 25-04-2008 )

« Eurêka ! » par Archimède Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Soumis par Emma Benedetti   
31-08-2007
Archimède découvrant la flottabilité (d'après un dessin moderne).
Archimède découvrant la flottabilité (d'après un dessin moderne).
Archimède ou Arkhimêdês (287-212 avant J.-C.) est sans nul doute un des savants les plus fameux de l’Antiquité. Si fameux, d’ailleurs, que des auteurs aussi célèbres que Polybe (IIe siècle avant J.-C.), Tite-Live (Ier siècle avant J.-C.) ou Plutarque (Ier siècle après J.-C.) rapporteront ses trouvailles ; si fameux qu’après sa mort le général Marcellus, vainqueur de Syracuse, fit élever un monument en son honneur.
Né à Syracuse au sein d’une famille alliée ou cliente du roi Hiéron, c’est à Alexandrie, en Egypte, qu’Archimède fera ses « premières armes ». Elève d’Euclide, on dit qu’il parvint à assécher les marais du Nil grâce à une vis sans fin, dite vis d’Archimède. C’est du moins ce que rapporte la « légende ». Mais ce qui est certain c’est qu’il rapporta ce principe en Sicile. En effet, comme tous les héros célèbres, qu’ils soient scientifiques, écrivains, soldats ou artistes, toutes sortes de légendes sont venues se greffer sur son histoire. Des certitude, nous en avons cependant, comme la quinzaine de traités qu’il rédigea, dont douze nous sont parvenues. Comme le fait qu’Archimède était un mathématicien et un physicien hors pair : le calcul infinitésimal, le principe des corps flottants sont là pour en témoigner. Théoricien plus qu’ingénieur, il ne s’adonnera à cette dernière fonction que par la force des choses.
Dernière mise à jour : ( 31-08-2007 )

Lire la suite...


Roulez jeunesse ! Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Mathilde Dumas   
05-06-2007
Les premiers vélos pour le grand public (d'après une gravure du début du XXe siècle).
Les premiers vélos pour le grand public (d'après une gravure du début du XXe siècle).
La paternité de l’invention du vélo est, selon les spécialistes, sujette à discussion : les frères Michaux, le comte Mede de Sivac ou, plus sérieusement le baron Drais. Tous, ont revendiqué cette paternité. L’invention que le baron Drais devait présenter en 1817, était une sorte de trottinette, dite « machine à courir » ou « vélocipède ».  Pas grand chose à voir avec la bicyclette donc, si ce n’est les roues. De fait, si l’on se base sur ce concept assez vague, il faut le reconnaître, l’invention du vélo ne remonterait donc pas au XIXe siècle mais au XVIIe. En l’an de grâce 1639, on présente « un véhicule à quatre roues actionné à l’aide de pédales ». N’est-ce pas, tout autant que la « draisienne », l’ébauche d’un vélo ?
Par contre, c’est bien du XIXe siècle que date l’incroyable essor de ce moyen de locomotion. Un essor largement démontré lors de la première course officielle de vélos, organisée en 1868 dans le parc de Saint-Cloud. L’Anglais James Moore en sortira vainqueur et fera entrer le vélo au rang de sport populaire et reconnu. Dès lors, les compétitions se multiplient, se dotent d’enjeux toujours plus conséquents, engendrant des moyens financiers énormes ; les coureurs eux-mêmes accèdent à un statu de quasi stars, au point que tout est désormais permis pour gagner…
Dernière mise à jour : ( 05-06-2007 )

Le feu grégeois : l’arme secrète des Byzantins Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Alix Ducret   
15-05-2007
Les Grecs utilisant le feu grégeois, d'après une miniature du Moyen Âge.
Les Grecs utilisant le feu grégeois, d'après une miniature du Moyen Âge.
Ce n’est qu’au VIIe siècle après J.-C., que les mélanges incendiaires, depuis si longtemps en usage chez les Orientaux, furent introduits en Europe. Callinique, architecte syrien, avait appris à préparer ces mélanges en Asie. C’est à lui que les Grecs du Bas-Empire durent la connaissance de ces composés, qui furent désignés depuis ce moment sous le nom de feu grégeois et qui devaient exercer une influence si puissante sur les destinées de l’empire d’Orient.
Callinique se trouve en Syrie lorsque, en 674, pendant la cinquième année du règne de Constantin IV Pogonat, les Arabes, sous la conduite du calife fatimide, décident de mettre le siège devant Constantinople. Le Syrien, passant secrètement dans le parti des Grecs, se rend alors dans la capitale de l’empire et fait connaître à l’empereur Constantin les propriétés et le mode d’emploi des compositions incendiaires. Sans grande modestie, il s’en dit même l’inventeur. Grâce à ce secours inattendu, l’empereur pourra repousser l’invasion des Sarrasins qui, pendant cinq années consécutives, reviendront avec des forces nouvelles et des flottes considérables. Chaque fois, ils seront contraints de lever le siège.
Dernière mise à jour : ( 15-05-2007 )

Lire la suite...


Les frères Wright : comme un oiseau… Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Mathilde Dumas   
18-01-2007
Wilbur Wright (1867-1912).
Wilbur Wright (1867-1912).
Adler, Lilienthal, Mouillard, Chanute avaient écrit les premières pages de l’extraordinaire aventure de l’aviation mais ce sont des Américains, les frères Wright, Wilbur et Orville, qui vont lui donner ses premières lettres de noblesse.
D’abord journalistes puis fabricants de bicyclettes, les frères Wright se consacrent, depuis plus de trois ans, à la construction de leur machine volante. Le « flyer », sorte de planeur muni d’un moteur à hélices inversées, est fin prêt quand, le 17 décembre 1903, Wilbur, poussé par Orville, s’élance dans les airs : un premier vol de plus de quarante mètres couronne de succès tous leurs efforts. Cette même journée, les deux frères Wright effectuent quatre essais, allant jusqu’à parcourir cent mètres. L’aviation motorisée vient de naître…
Dernière mise à jour : ( 18-01-2007 )

Comme un poisson dans l’eau… Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Alix Ducret   
05-01-2007
>Robert Fulton (1765-1815).
Robert Fulton (1765-1815).
Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle que l’on vit les unités de marines de France, des États-Unis ou encore d’Allemagne se doter d’une nouvelle « arme » : le sous-marin.
Et pourtant, dès 1798, l’Américain Robert Fulton, mécanicien visionnaire, faisait naviguer son fameux Nautilus dans la rade de Brest. Équipé d’une voile, pour la navigation en surface, et d’une hélice, activée par un matelot, pour la plongée, le fameux Nautilus n’eut cependant pas l’heur de plaire à la France ni aux États-Unis et Fulton abandonna son projet. Il se concentra alors sur la construction d’un bateau à vapeur et à roue qui, le 9 août 1803, remontait la Seine. Mais, déçu par la France qui, une fois de plus, ne voulait pas de son invention, Fulton reprit le chemin de l’Amérique où son bateau à vapeur se répandit rapidement.
Dernière mise à jour : ( 05-01-2007 )



haut de la page Haut de page haut de la page



border borderborder border
     
border
powered by mambo open source - tdw
border
border border






border border border border
border border border border

Advertisement