border border border border
border
  http://www.historia-nostra.com   28-04-2017 v1.02  
border border
flower image
  Portail collaboratif

des passionnés d'histoire
border border
 arrow 
   
border border


Accueil
Préhistoire
Histoire antique
Histoire médiévale
XVIe-XVIIIe
Histoire moderne
Religion
Géographie
Biographies
Histoire de l'art
Sciences
Exploration
Membres
Login
Pass 
Se souvenir de moi
Perdu votre mot de passe ?
Partenaires



Histoire pour tous


Histoire-Généalogie, la vie et la mémoire des hommes

Car un pays sans passé est un pays sans avenir...




Atlas du monde

Histoire en questions



Histoire médiévale
Le meurtre des enfants d'Edouard Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Alix Ducret   
04-08-2010
Les fils d'Edouard IV, Edouard et son frère Richard dans un tableau de John Everett Milais intitulé les Princes de la Tour.
Les fils d'Edouard IV, Edouard et son frère Richard dans un tableau de John Everett Milais intitulé les Princes de la Tour.
"C’en est fait, la volonté du tyran est exécutée ; le crime est accompli, le plus cruel, le plus impitoyable des meurtres qui aient jamais souillé cette terre. Messieurs Dighton et Forest, que j’ai subornés, ont effectué cet infâme acte de boucherie et tout féroces qu’ils sont, ces deux dogues sanguinaires se sont sentis émus de compassion, attendris. Ils pleuraient comme deux enfants en me parlant de leurs pauvres petites victimes.
-Oh ! disait Dighton, si vous aviez vu les pauvres enfants ainsi couchés…
-Si vous les aviez vus, interrompit Forrest, s’entourant ainsi l’un l’autre de leurs bras innocents, blancs comme de l’albâtre ! Leurs petites bouches, semblables à de belles roses rouges épanouies, un jour d’été, sur une même tige, étaient penchées l’une vers l’autre et s’entrebaisaient.
Près d’eux, sur leur oreiller, était un livre de prières et, en vérité, ajoutait Forrest, quand je l’ai aperçu, j’ai failli perdre toute ma résolution… mais le diable…
Et le misérable cessa de parler." (Shakespear, Richard III)
On pourrait le considérer comme un épisode de plus de la guerre des Deux-Roses, ce conflit qui, pendant plus de trente ans, va plonger l'Angleterre dans l'anarchie la plus complète. On pourrait le résumer à un coup d'Etat, un coup de force. Mais le meurtre des enfants d'Edouard IV est avant tout un symbole. William Shakespear l'a bien compris qui en a fait l'illustration parfaite de cette période troublée, la preuve que le désir de pouvoir peut conduire à tous les crimes, même les plus terribles.
Le règne d'Henri VI marque un tournant dans l'histoire d'Angleterre à plus d'un titre. Refoulé hors de France, ayant perdu tout espoir d'accéder au trône d'Hugues Capet et de saint Louis, Henri VI va se révéler aussi peu apte à diriger l'Angleterre. Le pays, qui a beaucoup misé et beaucoup perdu dans l'aventure française, est plongé dans une situation économique désastreuse et les mécontents se multiplient. Au sein de la noblesse comme ailleurs. Une situation explosive dont les York, famille issue d'un second fils d'Edouard III, ont décidé de profiter afin de s'emparer du trône. Ce sera le début de la guerre des Deux-Roses -du nom de l'emblème des deux familles, la rose blanche pour les York et la rouge pour les Lancastre.
Dernière mise à jour : ( 04-08-2010 )

Lire la suite...


Les Fils des Han Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Constance Cousin   
20-07-2010
Han Gaozu de la dynastie Han.
Han Gaozu de la dynastie Han.
C'est après une période d'anarchie et alors que "l'empire" chinois n'en est qu'à ses prémices qu'apparaît Lieou Pang, un capitaine aventurier qui, après s’être constitué une troupe avec d’anciens prisonniers, s’empare du pouvoir et fonde la dynastie des Han. Une dynastie qui saura garder le pouvoir pendant quatre siècles et qui acquérera une telle légitimité que les Chinois modernes sont encore fiers de se dire Fils des Han.
Avec Lieou Pang, les lettrés confucéens ne sont guère à l’honneur : cet homme, resté simple, ne croit qu’à l’action. Après sa mort, en 195 av. J.-C., c’est la mère du « dauphin », trop jeune, qui tient les rênes pendant quinze ans, éliminant sans scrupules tous les éventuels rivaux. Des princes sans éclat lui succéderont sur le trône jusqu’à ce qu’arrive, en 140 av. J.-C., un empereur à la personnalité forte, Wou-ti. Cet homme remarquablement intelligent arrive au pouvoir à seize ans et le gardera pendant cinquante-trois ans. Il représente, en quelque sorte, l’équivalent de Louis XIV…
Dernière mise à jour : ( 20-07-2010 )

Lire la suite...


Théodoric le Grand : sur le trône des Césars Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Constance Cousin   
29-06-2010
Pierre gravée portant le nom de Théodoric.
Pierre gravée portant le nom de Théodoric.
Si pour les Romains, Théodoric était un barbare, il était tout de même de sang royal, né dans la famille des Amales qui, au Vie siècle, régnait sur les Ostrogoths. Envoyé en otage à Constantinople à l'âge de 7 ans, Théodoric profita de son séjour byzantin pour se cultiver, apprenant le grec et les latin, s'initiant à la culture classique. Et à la mort de son père, c'est tout naturellement qu'il prit sa suite à la tête des Ostrogoths. Pas de tous cependant, car durant des années Théodoric aura à combattre un adversaire de même nature, le bien nommé Théodoric le Louche. Côté byzantin, si l'Ostrogoth commença par s'opposer à l'empereur Zénon, il contribuera au rétablissement de ce dernier ce qui lui vaudra la reconnaissance éternelle de l'empereur. Enfin, reconnaissance éternelle, sans doute pas, mais au moins les titres de patrice, de consul et de magister militum, des titres qui allaient aiguisé l'appétit de l'Ostrogoth plutôt que de le calmer. Sentant le danger et plus fin politique qu'il ne semblait de prime abord, Zénon va habilement détourner les ambitions de Théodoric en orientant sa soif de pouvoir vers la péninsule italienne qui, depuis 476, était aux mains d'un autre barbare, un certain Odoacre, dont la tribu avait été détruite par les Ostrogoths et qui, depuis ce temps, avait mis ses talents au service des Romains. Mais comme Théodoric, Odoacre était ambitieux ; comme lui, mais avec plus de succès, il s'était fait le zélé serviteur des empereurs d'Occident avant de détrôner le dernier d'entre eux, Romulus Augustule, et de prendre, dans les faits si ce n'est dans les titres, sa place.
Dernière mise à jour : ( 29-06-2010 )

Lire la suite...


Le Japon des origines Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Brune de Crespt   
17-05-2010
Un samouraï japonais.
Un samouraï japonais.
Les origines du Japon sont mystérieuses. On sait cependant que l'archipel était habité au IIe millénaire avant J.-C., et peut-être même avant, au IIIe millénaire. Mais l'histoire, même en partie légendaire, du Japon ne nous est vraiment connue qu'après l'introduction dans l'archipel de la civilisation chinoise. Un événement que va voir l'éclosion de la littérature japonaise dont les deux premiers exemplaires sont deux ouvrages mythico-historiques : le Kojiki et le Nihongi, qui datent respectivement de 712 et de 720 après J.-C.. C'est ainsi que l'on apprend que l'empire japonais a été fondé en 660 avant J.-C. Par Jimmu Tenno, fils de la déesse solaire Amatérasu. Un rapport entre souveraineté et nature que la religion shinto, encore présente de nos jours, ne cessera de mettre en avant, comme elle affirmera la nécessité du culte des ancêtres, si imprégné dans la culture japonaise.
Divisé en clan, le Japon avait sans aucun doute depuis longtemps des rapports avec la Chine. Mais l'influence de la civilisation chinoise ne devait se faire réellement sentir qu'au Vie siècle, sous les règnes de Suiko et de son neveu Shotoku Taishi. C'est à cette époque que les Japonais allaient révéler leur extraordinaire faculté d'assimilation : non seulement ils adoptèrent l'écriture, les moeurs, les techniques et les formes artistiques de la Chine, mais nombre d'entre eux allaient également se convertir au bouddhisme ou l'adapter au shinto traditionnel. Finalement, les Japonais allaient se « convertir » au mode chinois jusque dans leur gouvernement, imposant, en la personne de Yamato, un Etat impérial. En 702, le code Taiho devait achever de poser les bases d'une monarchie absolue, chapeautée par une bureaucratie et une administration à la chinoise.
Dernière mise à jour : ( 17-05-2010 )

Lire la suite...


Des Mérovingiennes aux Carolingiennes : histoires d'alliances et de puissance Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Alix Ducret   
05-05-2010
Bague mérovingienne, attribuée à la reine Arégonde.
Bague mérovingienne, attribuée à la reine Arégonde.
Le rôle des femmes et la délimitation de leur sphère d’influence vont lentement évoluer au cours du haut Moyen Âge, c’est-à-dire du Ve au XIe siècle. Et le jeu des mariages ou l’apparition de certains titres permettent d’interpréter cette évolution.
Longtemps les historiens, et avec eux le commun, ont gardé l’image d’un haut Moyen Âge sanglant -l’épisode de Frédégonde et de Brunehaut en témoigne-, encore totalement barbare et ne laissant aucune place aux femmes. Certes, les rois ou la noblesse vivaient encore selon les règles des anciennes tribus germaines, mais c’est l’idée même d’une société où la femme ne tiendrait aucun rôle qui pourrait paraître rétrograde. Aussi, de plus en plus d’historiens se penchent sur le sujet, à savoir la place des femmes à l’époque mérovingienne et carolingienne : une recherche qui bouleverse les idées reçues.
Dernière mise à jour : ( 05-05-2010 )

Lire la suite...


La Touraine en apanage Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Brune de Crespt   
29-04-2010
Pièce de monnaie de la tribu des Turones (Ier siècle après J.-C.).
Pièce de monnaie de la tribu des Turones (Ier siècle après J.-C.).
Lorsque les Romains pénètrent en Gaule, ceux sont les Turones qui peuplent la riche province de Touraine. Et le moins que l'on puisse dire c'est qu'ils s'accommodèrent aisément de la conquête romaine, au point que la principale cité de la région, Turones, rebaptisée Caesarodunum -aujourd'hui Tours-, devint la capitale de toute la Lyonnaise IIIe, soit de la Touraine, mais aussi de l'Anjou, du Maine et de l'actuelle Bretagne.
Soumise en 480 après J.-C. Par les Wisigoths, la Touraine allait passer aux mains des Francs après la victoire de Clovis à Vouillé, en 507. Objet de toutes les convoitises tant la région était riche, tant sa situation, favorisant les échanges, en faisait un acteur incontournable au niveau commercial, la Touraine sera au cœur de nombreux conflits entre les princes mérovingiens, jusqu'à ce qu'elle acquière son indépendance, au Xe siècle, sous le gouvernement des comtes de Touraine. Une indépendance qui ne sera que de courte durée : enjeu d'une rivalité entre la maison d'Anjou et celle de Blois, la Touraine allait tombée dans l'escarcelle des premiers sous le règne de Geoffroi II Martel et donc, indirectement et dans les années à venir, dans celle de la maison d'Angleterre lorsque celle-ci aura pour chef un Plantagenêt.
Dernière mise à jour : ( 29-04-2010 )

Lire la suite...


Les Seldjoukides font main basse sur le monde musulman Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Constance Cousin   
08-04-2010
La bataille de Manzikert.
La bataille de Manzikert.
C'est dans le Turkestan occidental que voit le jour, au cours du Xe siècle, la tribu des Seldjoukides. Son nom vient de son premier chef, Seldjouk, qui conduisit sa tribu des bords de la Syr-Daria au Turkestan avant qu'elle ne s'établisse dans la région de Boukhara (vers 985). Soldats de Samanides -une dynastie persane-, les Seldjoukides allaient bénéficier de la chute de ces derniers pour se faire céder, par les Ghaznévides qui leur succédaient, le Khorassan. C'est là, vers 1035, que les Seldjoukides vont se révéler sous l'impulsion de Toghroul-beg, leur chef.
Ardent musulman sunnite, ce dernier devait soumettre toute la Perse et apporter son soutien au calife de Bagdad, alors sous la coupe de chiites.De fait, l'expansion des Seldjoukides devait très largement bénéficier de l'anarchie dans laquelle se trouvait le monde musulman au XIe siècle. Car à l'opposition religieuse entre chiites et sunnites, s'ajoutait le morcellement politique. A Bagdad, par exemple, le calife, sous tutelle iranienne, voyait battue en brèche l'autorité des Fatimides d'Egypte ; la Syrie était le proie des luttes entre les dynastie locales depuis que les Ommeyyades avaient disparu du champ politique.
Toghroul-beg allait pleinement profiter de la situation. Entré en maître à Bagdad après avoir soumis toute la Perse, Toghroul-beg devait s'imposer comme vicaire temporel du calife abbasside qui lui donnera le titre de « sultan » en sus de sa propre fille. Le successeur de Toghroul-beg, son neveu Alp-Arslan tentera d'intégrer les Seldjoukides dans un Etat centralisé et hiérarchisé.
Dernière mise à jour : ( 08-04-2010 )

Lire la suite...


<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 37 sur 231


haut de la page Haut de page haut de la page



border borderborder border
     
border
powered by mambo open source - tdw
border
border border






border border border border
border border border border

Advertisement