border border border border
border
  http://www.historia-nostra.com   26-06-2017 v1.02  
border border
flower image
  Portail collaboratif

des passionnés d'histoire
border border
 arrow 
   
border border


Accueil
Préhistoire
Histoire antique
Histoire médiévale
XVIe-XVIIIe
Histoire moderne
Religion
Géographie
Biographies
Histoire de l'art
Sciences
Exploration
Membres
Login
Pass 
Se souvenir de moi
Perdu votre mot de passe ?
Partenaires



Histoire pour tous


Histoire-Généalogie, la vie et la mémoire des hommes

Car un pays sans passé est un pays sans avenir...




Atlas du monde

Histoire en questions



XVIe-XVIIIe
Lord Sidney, une idole déchue Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Mathilde Dumas   
14-06-2010
Portrait de sir Philip Sidney (1554-1586).
Portrait de sir Philip Sidney (1554-1586).
Homme d'Etat distingué, grand voyageur, poète émérite, sir Philip Sidney comptera au nombre des favoris de la reine Elisabeth avant de sombrer, comme souvent, dans la disgrâce.
Lui-même fils d'un homme d'etat, Philip Sidney fait ses études au très célèbre Christ College d'Oxford avant d'entreprendre un périple qui le conduit en France, en Allemagne et en Italie où il complètera son éducation et sa culture qu'il avait déjà grande. Séducteur et poète à ses heure, Sidney va devenir un intime de la reine Vierge qui se plaisait à l'appeler « mon Philip ». Une distinction qui se complétait avec un talent politique certain ce qui lui vaudra, en 1577, à seulement vingt-deux ans, d'être nommé ambassadeur auprès de l'empereur d'Autriche Rodolphe II. Une distinction qui lui fera aussi « oublier » sa place et son rang.
En effet, parce qu'il avait osé critiquer les projets de mariage de la souveraine anglaise avec le duc d'Anjou -projet qui ne verra jamais le jour-, Sidney devait subir l'ire royal avec pour conséquence l'exil. Retiré de la cour dès 1580, il sera envoyé par la froide souveraine sur le front des Pays-Bas où combattait déjà son oncle, Leicester. Blessé au cour d'une bataille contre les Espagnols, Sidney devait succomber à ses blessures. Outre la cour, c'est l'Angleterre toute entière qui devait le pleurer, elle qui s'était découvert un prosateur de génie, un poète plein de sensibilité, auteur de sonnets (Astrophel and stella) et d'un roman pastoral (Arcadia).
Dernière mise à jour : ( 14-06-2010 )

Marat-Corday : victimes d'un idéal Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Alix Ducret   
13-06-2010
La mort de Marat peinte par David.
La mort de Marat peinte par David.
Charlotte Corday, Jean-Paul Marat : deux noms liés pour l'éternité ; deux noms qui désignent l'assassin et sa victime ; deux noms qui illustrent admirablement le désarroi dans lequel la France révolutionnaire se trouve à l'aube de sa jeune existence. Car au final, Charlotte Corday, l'assassin, et Marat, la victime, sont tous deux à mettre au nombre des victimes du même idéal : celui de la Révolution.
Lorsque éclate la Révolution française, en 1789, Jean-Paul Marat a déjà largement fait œuvre d'esprit révolutionnaire. Il en est même un des inspirateurs. Ainsi, ce médecin installé depuis 1767 à Londres s'est déjà distingué en écrivant Philosophycal essay on Man (1773) et The Chains of Slavery -Les chaînes de l'esclavage- (1774) : deux titres pour le moins inspirés et engagés. Or l'engagement, c'est justement ce que recherche Marat qui postule à l'Académie des sciences -qui lui ferme ses portes- et qui entre en franc-maçonnerie. De fait, Marat aurait pu demeurer un scientifique exalté, porté à la discussion et à l'agression même si la Révolution n'avait décidé de s'inviter dans sa vie. De fait, les événements de 1789 allaient avoir le mérite, pour Marat, de combler son désir d'action, d'exalter son imagination. Dès septembre 1789, il fonde l'Ami du peuple, un journal dans lequel il combat sans relâche contre les compromissions, l'éventuel détournement de l'idéal révolutionnaire. Du moins de SON idéal.
Dernière mise à jour : ( 13-06-2010 )

Lire la suite...


Charles IX : l'homme de la Saint-Barthélemy Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Soumis par Emma Benedetti   
10-06-2010
Charles IX (1550-1574).
Charles IX (1550-1574).
Le règne de François II avait été marqué par la militarisation et la politisation du conflit religieux. Par sa radicalisation également, une radicalisation parfaitement illustrée par le célèbre massacre de la Saint-Barthélemy, qui apparaît comme l’événement majeur du règne de Charles IX.
Un règne qui, pourtant, avait commencé sous le signe de la modération. Les Guise ayant perdu leur toute-puissance avec la mort de François II, c’est Catherine de Médicis, mère du roi, qui assure la régence. En cela, elle se fait conseiller par Michel de L’Hospital, homme de compromis s’il en fut. La nomination d’Antoine de Bourbon au rang de lieutenant général du royaume, le colloque de Poissy ensuite apparaissaient comme des signes tangibles du désir de compromis de la régente. La paix d’Amboise et le traité de Saint-Germain seront également à mettre au compte de cette tentative –finalement vaine- de parvenir à une entente, tout comme le mariage de Marguerite de Valois, sœur du roi, avec Henri de Navarre, un des chefs du parti huguenot. Dès lors, comment croire à cette idée si répandue qui veut que le roi Charles ait été, autant que sa mère, un fanatique. Pourtant, Charles IX a bien été à l’origine de la Saint-Barthélemy… De fait, le roi n’a certainement pas désirer ce massacre. Par contre, il est vrai qu’il avait ordonné l’arrestation et la condamnation –donc l’élimination- des chefs protestants, pensant que, ces derniers, une fois éliminés, la guerre fratricide cesserait.
Dernière mise à jour : ( 10-06-2010 )

Lire la suite...


Sully, l'alter ego d'Henri Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Soumis par Emma Benedetti   
10-05-2010
Maximilien de Béthune, duc de Sully (1559-1641).
Maximilien de Béthune, duc de Sully (1559-1641).
On a tendance, en histoire comme ailleurs, à mettre une étiquette sur les personnages historiques, y compris et même surtout, les plus éminents. Homme sage et économe, ayant la rigidité du protestant : telle est l'image que l'on se fait de Sully. Ce n'est certes pas faux, mais c'est un peu rapide pour décrire l'un des hommes politiques majeurs du règne de Louis XIV.
Maximilien de Béthune né en 1560 à Rosny, près de Mantes. A l'âge de 11 ans, ce fils de famille protestante s'attache à Henri de Navarre, futur Henri IV. Il le suivra dans toutes ses guerres, se distinguant par ses talents d'ingénieur militaire. Un talent qui ferait presque oublier que Sully a été aussi un militaire de valeur, qui sera même blessé à la bataille d'Ivry en 1590. C'est lui, dit-on, qui poussa Henri IV à abjurer, ce que lui-même se refusera toujours à faire.
Devenu fort riche après son mariage, en 1584, avec Anne de Courtenay, il obtient, en 1598, la charge de surintendant des Finances. Dès ce moment, il s'attachera à remettre l'économie de la France en état ; une économie fort mal en point après des décennies de guerre interne. Pour ce faire, Sully -en fait il n'acquière le titre de duc de Sully qu'en 1606- va réduire les tailles, supprimer les charges inutiles, poursuivre tous les abus et toutes les prodigalités, donner la liberté aux exportations de blé et de vin, abolir nombre de péages, construire des routes, des ponts, le canal de Briare. Surtout, il va encourager formidablement l'agriculture qui peinait à se remettre des temps de guerre.
Dernière mise à jour : ( 10-05-2010 )

Lire la suite...


Elisabeth Bathory : la comtesse sanglante Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Alix Ducret   
19-04-2010
Affiche d'un des nombreux films consacrés à la comtesse Bathory (sorti en 2008).
Affiche d'un des nombreux films consacrés à la comtesse Bathory (sorti en 2008).
C'est sans aucun doute à sa haute naissance qu'Elisabeth Bathory doit d'avoir survécu aux accusations qui furent portées contre elle. Née dans une célèbre et très ancienne famille noble de Hongrie, nièce du roi de Pologne Etienne Ier Bathory, Elisabeth Bathory est un véritable folklore à elle seule. Car cette jeune femme, au demeurant fort riche, mariée à un soldat de prestige, va commettre une série de crimes sanglants. D'où son surnom de "comtesse sanglante" ou de "comtesse Dracula". Des surnoms aussi évocateurs et peu flatteurs l'un que l'autre ; des surnoms dus autant à la nature des crimes de la comtesse qu'à l'endroit où les faits se déroulèrent.
C'est en 1575, alors qu'elle âgée que de 15 ans, qu'Elisabeth Bathory épouse un général de l'armée hongroise, le comte Ferenc Nadasdy. Le couple s'installe alors dans les Carpates, au château de Csej, qu'il a acquis depuis peu. La fonction du comte, devenu commandant en chef des armées hongroises, la guerre contre les Ottomans, qui commence en 1593, vont donner tout loisir à son épouse pour assouvir ses plus bas instincts. Elle le fera des années durant, jusqu'à ce qu'en 1604, alors que les rumeurs les plus folles circulent dans la région, un prêtre se rende à la cour de Vienne pour avertir la cour. Il le fera publiquement, ce qui n'empêchera pas la justice impériale de ne commencer son enquête… qu'en 1610. Autant dire que la comtesse devait être certaine de son impunité ; autant dire que la justice répugnait à s'attaquer à un aussi haut personnage. Pourtant, les faits appelaient l'urgence.
Dernière mise à jour : ( 19-04-2010 )

Lire la suite...


Stanislas, le roi qui ne l'était pas Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Constance Cousin   
04-03-2010
Stanislas II Poniatowski (1732-1798).
Stanislas II Poniatowski (1732-1798).
Depuis des années, la Pologne était l'objet de toutes les convoitises et, surtout, de toutes les prédations. On s'en emparait ; on se le partageait sans vergogne aucune. Stanislas Poniatowski, tout en étant le dernier des rois de Pologne, illustre à lui tout seul le destin polonais.
C'est au cours d'un voyage en Russie que, Stanislas Poniatowski, aristocrate bien né, va faire la connaissance de la future tsarine Catherine II. Nous sommes alors en 1755 et, au cours de ce séjour, Poniatowski devient l'amant de la princesse. C'est ce qui aller faire sa fortune et décider du sort de la Pologne pour les années à venir. Deux ans après cette première rencontre, Poniatowski est nommé ambassadeur de Pologne en Russie et, en 1764, après que Catherine II soit devenue tsarine, il est « élu » au trône de Pologne. Elu entre guillemets car il est bien évident que la main de Catherine II est toute entière dans cette élection. D'ailleurs, Poniatowski, devenu Stanislas II, acquit peut-être un trône mais certainement pas la liberté et l'indépendance. Une indépendance que la Russie, malgré tout l'amour que la tsarine avait pour son amant, ne lui accordera jamais.
Dernière mise à jour : ( 04-03-2010 )

Lire la suite...


Le jeune empire aztèque Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Brune de Crespt   
01-03-2010
Un guerrier aztèque.
Un guerrier aztèque.
Les Aztèques eux-mêmes prétendaient venir d'une île située au Nord-Ouest de la péninsule mexicaine : Aztlan. C'est de là qu'ils tiraient leur nom. Peuplade nahuas apparue entre le XIIe et le XIIIe siècles, les Aztèques font partie de ces peuplades qui succèdent à l'empire maya puis toltèque.  Les chichimèques, dont le nom signifie « barbares » et qui étaient également des nahuas, avaient installé leur capitale à Texcoco mais déjà, il apparaît qu'ils étaient présents à Mexico. La pyramide de Tenayuca, qui sera achevée par les Aztèques, offrait un panorama sur dix-neuf mètres et les sculptures de cent trente-huit serpents entouraient l'édifice.
Les peuples nahuas se partagent la vallée de Mexico et multiplient les nouvelles fondations de cités autant que les guerres. Les Aztèques, écrasés à la fin du XIIIe siècle, doivent quitter Chapultepec où ils s'étaient initialement installés et se réfugient dans les plaines marécageuses où ils fondent Tenochtitlan -actuelle Mexico. Le XVe siècle est, encore, un siècle de guerres de pouvoir et ce n'est que lorsque le souverain aztèque s'allie avec d'autres cités qu'il parvient à poser les bases de ce qui sera l'empire aztèque. Les guerriers de Tenochtitlan se rendent alors maîtres de la vallée de Mexico et étendent même leur domination vers des terres plus riches et plus prometteuses. Aux peuples soumis, ils se font verser un tribu, fait essentiellement de produits exotiques, comme des poteries Mixtèques ou les tissus du Tuxpan.
Dernière mise à jour : ( 01-03-2010 )

Lire la suite...


<< Début < Précédente 1 2 3 4 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 37 sur 141


haut de la page Haut de page haut de la page



border borderborder border
     
border
powered by mambo open source - tdw
border
border border






border border border border
border border border border

Advertisement