border border border border
border
  http://www.historia-nostra.com   28-03-2017 v1.02  
border border
flower image
  Portail collaboratif

des passionnés d'histoire
border border
 arrow 
   
border border


Accueil
Préhistoire
Histoire antique
Histoire médiévale
XVIe-XVIIIe
Histoire moderne
Religion
Géographie
Biographies
Histoire de l'art
Sciences
Exploration
Membres
Login
Pass 
Se souvenir de moi
Perdu votre mot de passe ?
Partenaires



Histoire pour tous


Histoire-Généalogie, la vie et la mémoire des hommes

Car un pays sans passé est un pays sans avenir...




Atlas du monde

Histoire en questions



Histoire moderne
Kennedy ou le mythe américain Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Alix Ducret   
23-08-2010
John Fitzgerald Kennedy (1917-1963).
John Fitzgerald Kennedy (1917-1963).
Il est le plus populaire des présidents américains. Il symbolise à lui tout seul l'Amérique moderne des années 60, celle qui conduira à la reconnaissance des droits des noirs, celle de la conquête des étoiles. Pourtant, si l'on regarde avec quelque attention le bilan politique de Kennedy, force est de constater qu'il paraît bien maigre au vu de la réputation de l'homme. De fait, Kennedy l'homme autant que Kennedy le politique tient avant tout du mythe historique. Un mythe qui né de l'instant où le président s'effondre, touché par une balle.
Fils d'un ambassadeur, officier de marine dans le Pacifique durant la Deuxième Guerre mondiale, journaliste, vainqueur du prix Pulitzer en 1957 pour son livre Profiles i courage, John Fitzgerald Kennedy avait décidément tous les atouts pour accéder à la plus haute fonction. Des atouts soigneusement promus, parfois même un peu arrangés par son diplomate de père, Joseph Kennedy, une sorte d'autocrate version familiale et qui avait décidé du destin exceptionnel de son fils. Pour atteindre au but, le fils deviendra la représentant du Massachussets au Congrès -de 1946 à 1953- puis au Sénat -de 1953 à 1960.
Dernière mise à jour : ( 23-08-2010 )

Lire la suite...


Landru : le sieur de Gambais Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Alix Ducret   
21-06-2010
Henri Désiré Landru (1869-1922) lors de son procès.
Henri Désiré Landru (1869-1922) lors de son procès.
Jeanne Cuchet, veuve, 39 ans ; Line Laborde, veuve, 47 ans ; Marie-Angélique Guillin, veuve, 52 ans ; Berthe-Anna Héon, veuve, 55 ans ; Anna Collomb, veuve, 39 ans ; Lyane Jaume, en instance de divorce, 36 ans ; Andrée Babelay, célibataire, 19 ans ; Célestine Buisson, veuve, 44 ans ; Annette Pascal, divorcée, 36 ans ; Marie-Téhrèse Marchadier, célibataire, 39 ans.
Elles sont veuves pour la plupart, souvent d'âge mûr -si l'on excepte Andrée Babelay- et, à défaut de "prince charmant", rêvaient de s'établir, de convoler. C'est exactement ce que leur proposait Henri Désiré Landru, un homme d'apparence quelconque, petit, à moitié chauve mais qui, en ces années 1914-1919, avait le mérite de ne pas être au front, de ne pas être mort. Il est certain que la "carrière criminelle" de Landru aurait été toute autre sans cette guerre qui devait laisser le pays exsangue, ses fils dans la boue des champs de bataille. Le nombre d'hommes est alors plus que réduit alors que celui des veuves, à l'inverse, ne cessent d'augmenter. Dire que certaines femmes étaient moins "regardantes" serait trop facile. Car si Landru eut le succès qu'on lui connaît, il est certain qu'il le dut à son charme autant qu'à la situation des femmes en France pendant la guerre. Une guerre qui, simplement, devait faire quelque peu oublier la prudence généralement de mise. Une guerre qui allait révéler chez lui ses instincts les plus meurtriers.
Dernière mise à jour : ( 21-06-2010 )

Lire la suite...


"L'affaire" Pie XII Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Alix Ducret   
21-12-2009
Portrait de Pie XII (1876-1958).
Portrait de Pie XII (1876-1958).
La mise au rang de vénérable de Pie XII par Benoît XVI et donc la mise sur la voix de sa béatification relance évidemment la polémique : celle de "l'affaire" Pie XII… Une affaire qui n'en est une que pour ceux qui ne veulent pas se donner la peine de connaître la vérité historique ; une affaire qui n'en est une par la volonté de quelques uns, heureux d'alimenter, d'entretenir le mensonge sur ce pape. L'article qui suit -et qui est déjà paru dans Mythes et polémiques de l'histoire, tome I, éditions Studyrama, 2008- a pour objet de rappeler les faits, rien que les faits, seuls moyen, sur un sujet aussi sensible, de conserver l'exactitude historique.
Il aura suffit d’une pièce de théâtre, reprise dans sa substance au cinéma, d’un mauvais livre –dont l’approximation historique et le manque de recherche a été, depuis, amplement dénoncé- pour que le monde entier se convainc de la culpabilité de Pie XII. Pie XII coupable d’avoir fermé les yeux sur l’holocauste, de s’être tu face aux dangers puis aux horreurs nazies ; coupable d’avoir eu peur pour les catholiques et pour l’Eglise, au mieux ; d’avoir sous-estimé « le péril brun », au pire, de l’avoir secrètement soutenu.
Des arguments qui n’en sont pas et qui participent au mythe dont Pie XII fait l’objet. Un mythe qui, pourtant, ne tient guère après étude des documents, déclarations, témoignages connus de tous mais ignorés de beaucoup.
Dernière mise à jour : ( 21-12-2009 )

Lire la suite...


Hanovre : entre Allemagne et Angleterre Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Alix Ducret   
23-05-2009
Georges V de Hanovre (1819-1878).
Georges V de Hanovre (1819-1878).
Avant d'être annexé par la belliqueuse Prusse en 1866, le duché de Hanovre, bordé par les Pays-Bas d'un côté, la mer du Nord de l'autre et l'Elbe du troisième, était une terre riche et convoitée. Riche parce qu'elle était par nature un lieu de passage ; convoitée parce qu'une telle richesse ne pouvait que faire des envieux.
Territoire des Chérusques -que les Romains échouèrent à soumettre-, des Lombards et des Chauques, Hanovre fut ensuite largement occupé par les Saxons. Intégré au duché de Bunswick, l'Etat de Hanovre ne se constitua qu'après la réunion, au Moyen Âge, de plusieurs principautés issues des diverses branches de la famille de Brunswick. Ce n'est qu'au XVIIe siècle qu'Ernest-August, duc de Brunswick-Lüneburg, obtint de l'empereur Léopold Ier un acte qui lui conférait, à lui et à ses descendants mâles par ordre de primogéniture, la dignité électorale. Un acte qui unifiait les quatre provinces de Lüneburg, Kalenberg, Göttingen et Grubenhagen et qui donnait à ce nouvel Etat une véritable indépendance.
Marié à Sophie, fille de l'électeur palatin et petite-fille de Jacques Ier Stuart, Ernest-August avait également acquis quelques droits possibles à la succession de la couronne d'Angleterre. Poursuivant la politique indépendantiste, unioniste et matrimoniale de son père, Georges-Louis devait unir à ses domaines le reste de l'ancien duché de Brunswick en épousant Sophie-Dorothée, qui en était l'héritière.
Dernière mise à jour : ( 23-05-2009 )

Lire la suite...


Caroline de Brünswick : le dernier affront Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Mathilde Dumas   
18-05-2009
Caroline de Brunswick (1768-1821).
Caroline de Brunswick (1768-1821).
Le nom sonne terriblement allemand et pourtant toute l'histoire de la princesse Caroline de Brünswick, qui fut reine de Grande-Bretagne et d'Irlande, va se jouer à la cour d'Angleterre. Certes, reine, elle le fut, mais sur le papier surtout…
Seconde fille de Charles-Guillaume de Brünswick et de la princesse Augsuta, sœur de Georges III d'Angleterre, Caroline avait été mariée, en 1795 au princes de Galles, le futur Georges IV. De cette union devait naître, l'année suivante, la princesse Charlotte, mais les deux époux, qui s'étaient toujours mal entendus, décidèrent de se séparer d'un commun accord. La conduite de Caroline, après cette séparation, allait donner lieu à de graves soupçons, à des scandales même, au point que la princesse, après s'être vu intenter un procès pour adultère, quitta l'Angleterre pour parcourir l'Europe. L'accession au trône de Georges IV, en 1820, allait changer quelque peu la donne. Georges IV lui offrit alors une rente annuelle de 50 000 livres à la condition qu'elle renonce à son titre de reine -et donc à ses prérogatives- et qu'elle ne foule pas le sol anglais. La proposition était tentante, pour ne pas dire plus, mais Caroline la refusa. Un second procès pour adultère s'ouvrit donc et Caroline, remarquablement défendue, parvint même à gagner à sa cause l'opinion publique.
Dernière mise à jour : ( 18-05-2009 )

Lire la suite...


Le parti de l'Ordre ou la manipulation du prince-président Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Mathilde Dumas   
11-05-2009
Charles de Montalembert (1810-1870), un des fondateurs du parti de l'Ordre.
Charles de Montalembert (1810-1870), un des fondateurs du parti de l'Ordre.
On a souvent fait de Napoléon III un être falot, peu au fait de la politique. Pourtant, c'est avec une habileté remarquable que, durant les années 1849 à 1851, il va manipuler, à son avantage, le parti de l'Ordre.
Le règne de Louis-Philippe Ier (1830-1848) avait été celui de la bourgeoisie. Une bourgeoisie qui faisait reposer ses ambitions sur l'industrialisation et sur la spéculation boursière, deux phénomènes qui, vers 1846-1847, allaient sombrer dans une crise sans précédent. La paupérisation des campagnes mais surtout des milieux ouvriers, le vent de révolte que semblait souffler menaçaient le régime tout entier. Et il paraissait évident que Louis-Philippe, qui avait mollement mené la campagne d'Algérie, qui avait mollement répondu aux désirs guerriers des anglophobes et qui avait tout bonnement ignoré la révolte de la rue, ne saurait faire face. L'opposition républicaine, de son côté, s'était concentrée dans une opposition au régime électoral. Le renvoi de Guizot, en 1847, ne devait être que le prélude à l'inévitable : l'insurrection de Paris et l'abdication du roi. En 1848, la IIe République était donc proclamée. Une république qui avait elle-même ses opposants, parmi lesquels les légitimistes, les orléanistes et les divers forces de droite regroupées en un seul mouvement : le parti de l'Ordre.
Dernière mise à jour : ( 11-05-2009 )

Lire la suite...


Les "colonnes noires" de Sherman Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Soumis par Emma Benedetti   
07-05-2009
William Tecumseh Sherman (1820-1891).
William Tecumseh Sherman (1820-1891).
Il est des hommes célèbres, des guerriers, qui ne marquent les mémoires que par les ravages qu'ils ont fait. C'est le cas de Hoche, c'est également celui de Sherman.
Sorti de l'académie militaire de West Point en 1840, William Tecumseh Sherman consacre treize années de sa vie à la carrière militaire avant de se reconvertir dans le civil. Acteur de la pacification de la Floride, il contracte un "beau" mariage et devient banquier à San Francisco. Lorsque débute la guerre de Sécession, Sherman réintègre l'armée mais comme directeur de l'Académie militaire de Louisiane. Ce n'est qu'en 1863 qu'il reprend réellement du service en prenant la tête du 15e corps d'armée du Tennessee avec lequel il se distingue aux batailles de Vicksburg et de Chattanooga. En 1864, il est nommé commandant de l'armée du sud-ouest et c'est en tant que tel qu'il commet un premier fait d'armes malheureux : en septembre 1864, Sherman enlève la ville d'Atlanta aux armées sudistes et livre la ville aux flammes deux mois plus tard. Un épisode rendu célèbre par les images d'Autant en emporte le vent et qui fait entrer Sherman dans l'histoire.
Dernière mise à jour : ( 07-05-2009 )

Lire la suite...


<< Début < Précédente 1 2 3 4 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 37 sur 112


haut de la page Haut de page haut de la page



border borderborder border
     
border
powered by mambo open source - tdw
border
border border






border border border border
border border border border

Advertisement