border border border border
border
  http://www.historia-nostra.com   29-03-2017 v1.02  
border border
flower image
  Portail collaboratif

des passionnés d'histoire
border border
 arrow 
   
border border


Accueil
Préhistoire
Histoire antique
Histoire médiévale
XVIe-XVIIIe
Histoire moderne
Religion
Géographie
Biographies
Histoire de l'art
Sciences
Exploration
Membres
Login
Pass 
Se souvenir de moi
Perdu votre mot de passe ?
Partenaires



Histoire pour tous


Histoire-Généalogie, la vie et la mémoire des hommes

Car un pays sans passé est un pays sans avenir...




Atlas du monde

Histoire en questions



Histoire de l'art
Ravenne, la dernière capitale Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Mathilde Dumas   
01-06-2010
Détail d'une des célèbres mosaïque de Ravenne (Ve siècle).
Détail d'une des célèbres mosaïque de Ravenne (Ve siècle).
Déjà sous Auguste, Ravenne avait acquis un statu particulier lorsque l'empereur avait fait de son avant-port, Classis, la station principale de la flotte de l'Adriatique. Il faudra cependant la menace barbare pour en faire la capitale de l'empire romain d'Occident. En effet, en 404 et sous le conseil de Stilicon, l'empereur Honorius décida de quitter Rome et d'établir sa nouvelle capitale à Ravenne. Les raisons de ce choix ? Les marécages entourant la cité, ce qui la rendait plus aisément défendable que la cité érigée par Romulus. Un calcul qui ne suffira pas à sauver l'empire romain des barbares qui finiront par s'emparer de l'empire et par s'établir eux-même à Ravenne. Odoacre et surtout Théodoric vont d'ailleurs donner à Ravenne son véritable rôle politique tout en ornant la capitale de ce qui était leur empire de palais et d'églises magnifiques. De fait, Ravenne, qui est la dernière capitale, est surtout une capitale marquée du sceau des barbares. Au mausolée de l'impératrice Galla Placidia succédera ainsi la basilique arienne Sant'Apollinare Nuovo, le baptistère santa Maria et le tombeau de Théodoric, la fameuse Rotonde. Nourrit au lait de la culture classique, élevé durant son enfance à Constantinople, Théodoric avait, par ses constructions, imprégné de style byzantin les rues de sa capitale... qui devait tomber, en 540, sous les coups de Bélisaire et donc sous domination byzantine.
Dernière mise à jour : ( 01-06-2010 )

Lire la suite...


« Carpe diem » Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Mathilde Dumas   
19-05-2010
Horace (65 avant J.-C.-8 avant J.-C.).
Horace (65 avant J.-C.-8 avant J.-C.).
« Carpe diem ; cueille l'instant le jour, l'instant », écrivit un jour Quintus Horatius Flaccus. Une phrase qui a sans doute valeur de leçon pour le célèbre écrivain.
Fils d'un affranchi plutôt aisé devenu receveur dans les vente publique, Horace allait bénéficier d'une éducation soignée, d'abord sous la direction du sévère Orbilius, à Rome, puis à Athènes. Les luttes de pouvoir qui devaient suivre l'assassinat de César allaient cependant détourner le jeune homme de ses études et lui faire épouser le parti de Brutus qui avait levé une armée afin de combattre Octave et Antoine. C'est en tant que tribun militaire qu'Horace assiste à la bataille de Philippes (42 avant J.-C.) où il est, comme les autres, pris dans la déroute. Le jeune homme devient déserteur et doit alors se cacher. Et de retour à Rome, il découvre que ses biens ont été confisqués et vendus. Seule un reste de fortune va lui permettre de s'acheter une modeste charge de secrétaire à la questure, charge qui lui permet alors de vivre et de composer des vers.
C'est vers 41 et vers 35 qu'il compose, respectivement, ses premières Epodes et ses premières Satyres, des débuts qui lui valent rapidement l'estiment de Virgile et de Varius. Ceux sont d'ailleurs eux qui vont présenter Horace au célèbre Mécène qui, comme son nom l'indique, se plaisait à subvenir aux besoins de quelques artistes.
Dernière mise à jour : ( 19-05-2010 )

Lire la suite...


Verrochio : l'orfèvre inconnu Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Soumis par Emma Benedetti   
22-04-2010
Le David de Verrochio (bronze).
Le David de Verrochio (bronze).
On pourrait dire que cet artiste est un inconnu à double titre : son nom n'est pas le sien réellement et, outre la peinture et la sculpture auxquelles son nom est attaché pour l'éternité, le commun ignore son premier métier.
De fait, Andréa di Michele di Francesco Cioni était orfèvre. Et c'est en référence à son maître en orfèvrerie qu'il prendra le nom d'Andréa del Verrochio. De cette époque, il ne reste guère de trace ; tout juste un bas-relief représentant la Décollation de saint Jean-Baptiste pour l'autel d'une église de Florence.
Verrochio est donc plus connu comme peintre. Et encore, les œuvres que l'on peut lui attribuer avec certitudes sont tout juste au nombre de deux. La Madone de la cathédrale de Pistoia sera exécutée avec son élève, Lorenzo di Credi ; et le Baptême du Christ, actuellement conservé au musée des Offices, à Florence, verra la « patte » de Léonard de Vinci qui exécutera les deux anges du tableau.
Dernière mise à jour : ( 22-04-2010 )

Lire la suite...


Archiloque, l'art de la satyre Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Mathilde Dumas   
18-04-2010
Clio, muse grecque de la poésie, d'après une statue antique.
Clio, muse grecque de la poésie, d'après une statue antique.
Pour trouver l'inspiration, Archiloque n'eut qu'à reprendre sa vie, tant elle fut pleine de rebondissements et, surtout, émaillée de malheurs.
Fils d'un citoyen important de Paros et d'une esclave, Archiloque devait, tout d'abord, être, légitimement, privé de l'héritage paternel ; amoureux d'une jeune fille, il fut sèchement éconduit par le père de celle-ci, le père et la fille devenant dès lors les cibles de ses satyres. Des satyres tellement cruelles que tous deux finiront par se pendre. La misère allait ensuite pousser Archiloque à s'engager dans le métier des armes... où seule sa plume allait trouver quelques inspirations. De fait, il apparaît que le poète faisait un bien piètre soldat, se vantant d'avoir fuit dans le combat, raillant les valeurs militaires et tout ce qui faisait la base de la fierté grecque. Malgré tout, il semblerait bien que ce soit lors d'un combat, vers 640 avant J.-C., qu'Archiloque devait périr.
Si la vie d'Archiloque fut loin d'être brillante, sa réputation, après sa mort, subit un tout autre sort. Considéré comme l'inventeur des rythmes jambiques, le poète devait être considéré comme l'égal d'Homère, avec, en sus, un véritable désir de choquer, de dénoncer le monde grec tel qu'il était.
Dernière mise à jour : ( 18-04-2010 )

Petite histoire du manuscrit Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Constance Cousin   
02-04-2010
Copiste de la fin du Moyen Âge (détail d'un manuscrit).
Copiste de la fin du Moyen Âge (détail d'un manuscrit).
On présente généralement l'imprimerie comme une véritable révolution. C'est effectivement le cas même si l'imprimerie n'a pas inventé la diffusion mais l'a placé dans une perspective plus large. En effet, nombre d'ouvrages antiques ou médiévaux ont été copiés et diffusés assez largement. C'est ce que l'on nomme les « manuscrits ». L'imprimerie ne fera que reprendre ce principe, destiné à répandre un ouvrage, à une échelle plus large, due à la facilité de fabrication que permettra la mécanique.
Le plus ancien manuscrit en langue française est celui de la Cantilène de sainte Eulalie, que l'on date de 881 après J.-C.. Et encore ne contient-il qu'un fragment de texte en français. Le plus ancien texte français est en fait un acte politique, le fameux Serment de Strasbourg qui verra la division de l'empire de Charlemagne entre ses héritiers. Prononcé en 843, le Serment de Strasbourg sous forme de manuscrit ne verra le jour qu'à la fin du Xe siècle. Il est cependant assez intéressant de noter que c'est donc un texte politique, l'acte de fondation de la Francie, de la Lotharingie et de la Germanie qui va initier la diffusion des textes en français.
Au Ixe siècle, la forme du livre est, en Occident, fixée depuis longtemps. C'est un ensemble de parchemins cousus entre eux et que l'on nomme « codex » et qui prend la place de rouleaux de parchemin nommés « volumen ». De nombreux documents, y compris littéraires, perdureront cependant sous la forme de rouleau et cela jusqu'au XVe siècle.
Dernière mise à jour : ( 02-04-2010 )

Lire la suite...


Quand Hamlet vivait encore Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Soumis par Emma Benedetti   
17-02-2010
William Shakespeare (1564-1616).
William Shakespeare (1564-1616).
Si tout le monde est bien convaincu que Richard II ou Henri V, héros des pièces éponymes de Shakespeare, sont bien des personnages historiques, bien peu imaginent qu'il puisse en être de même du personnage d'Hamlet. L'est-il d'ailleurs ? Le fait est que le nom d'Hamlet et son histoire sont bien antérieures à la pièce de l'Anglais. Le premier à le mentionner est Saxo Grammaticus, un historien du XIIIe siècle. Selon lui, Hamlet était un prince danois qui vivait au IIe siècle. De nombreuses sagas nordiques relatent également son histoire, celle du fils d'Horvendill, roi de Jutland. Ce dernier aurait été assassiné par son frère, Fengo, qui aurait ensuite épousé la veuve d'Horvendill. Hamlet, héritier légitime et témoin du meurtre, représente un danger dans la prise de pouvoir de Fengo, qui tente de l'assassiner. Afin d'échapper aux sbires de son oncle, Hamlet feint alors la folie.
La fin de l'histoire varie. Saxo Grammaticus ne donne aucune conclusion ; quant aux sagas, certaines précisent qu'Hamlet assassine son oncle au cours d'une orgie et qu'il reprend le trône de son père, celui qui devait légitimement lui revenir.
Ainsi vécut Hamlet, héros de l'histoire danoise avant d'être immortalisé par William Shakespeare à la fin du XVIe siècle.
Dernière mise à jour : ( 17-02-2010 )

Tiahuanaco, la cité perdue Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Alix Ducret   
10-02-2010
Détail de la Porte du Soleil à Tiahuanaco.
Détail de la Porte du Soleil à Tiahuanaco.
Sur les hauts plateaux de Bolivie, à quelques 4000 mètres d'altitude, à l'extrémité du lac Titicaca, s'étend un gigantesque champs de ruines. Des pyramides tronquées, d'énormes monticules artificiels, une pyramide à degré de quinze mètres de haut, des monolithes, des plates-formes de pierre, le tout surmontant des salles souterraines. Et pas n'importe quelles salles ! Jimenez de la Espalda, un conquistador, écrit :
« Il y a là un palais qui est la véritable huitième merveille du monde. Des pierres longues de 37 pieds et larges de 15 sont placées de telle manière qu'elles s'encastrent les unes dans les autres sans qu'on puisse voir leurs raccords ».
Le monument le plus impressionnant est la Porte du Soleil. Haute de 3 mètres et large de 4, elle semble taillée dans un seul bloc et est décorée de 48 figures entourant une représentation centrale. Tous les vestiges de Tiahuanaco sont proportionnés à la Porte du Soleil, comme ces « deux géants de pierres avec des couvre-chefs et des longs manteaux » que décrit Garcialaso de la Vega ; ou comme ce palais gigantesque possédant une « salle longue de 45 pieds et large de 22, avec un toit comme celui du temple du Soleil de Cuzco » (Cieza de Leon). Que dire également de ces statues qui « représentent des hommes et des femmes ; elles sont si parfaites qu'on les croit vivantes, note Diego d'Alcobaça. Quelques figures sont dans l'attitude de gens qui boivent, d'autres ont l'air de s'apprêter à traverser un ruisseau et d'autres encore sont des femmes qui donnent le sein à leur enfant ».
Dernière mise à jour : ( 10-02-2010 )

Lire la suite...


<< Début < Précédente 1 2 3 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 37 sur 111


haut de la page Haut de page haut de la page



border borderborder border
     
border
powered by mambo open source - tdw
border
border border






border border border border
border border border border

Advertisement