border border border border
border
  http://www.historia-nostra.com   26-06-2017 v1.02  
border border
flower image
  Portail collaboratif

des passionnés d'histoire
border border
 arrow 
   
border border


Accueil
Préhistoire
Histoire antique
Histoire médiévale
XVIe-XVIIIe
Histoire moderne
Religion
Géographie
Biographies
Histoire de l'art
Sciences
Exploration
Membres
Login
Pass 
Se souvenir de moi
Perdu votre mot de passe ?
Partenaires



Histoire pour tous


Histoire-Généalogie, la vie et la mémoire des hommes

Car un pays sans passé est un pays sans avenir...




Atlas du monde

Histoire en questions



Les Colonna : de Rome à Rome
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Mathilde Dumas   
10-11-2009
L'attentat d'Agnani, d'après une gravure du XIXe siècle.
L'attentat d'Agnani, d'après une gravure du XIXe siècle.
Il est des familles dont l'histoire ne saurait se séparer de celle de la cité dans laquelle elles évoluent. C'est le cas des Médicis à Florence, ce fut le cas des Colonna à Rome.
Le nom des Colonna apparaît dès 1047 dans l'histoire de Rome ; elle tire son nom d'un château situé au sud-est de Rome. Attachée aux Gibelins, elle s'opposa longtemps aux Orsini et jouera un rôle de premier plan, au XVIe siècle, dans l'histoire de Rome et de l'Eglise.
C'est Egidio Colonna, dit Gilles de Rome (vers 1245-1316) qui marque le premier l'histoire de cette famille. Canoniste célèbre, théologien, ce disciple de saint Thomas d'Aquin devait enseigner à l'université de Paris. Chargé de l'éducation de Philippe le Bel, il sera l'auteur d'un traité de droit politique (1282) mais s'éloignera du souverain à l'heure des tensions avec la papauté. Archevêque de Bourges depuis 1296, il devait soutenir activement Boniface VIII et, dans le De potestate Eclesiae, poser les bases de la bulle Unam sanctam lancée par le Saint-Siège contre Philippe le Bel. Il sera le fondateur de l'école thomiste des Augustins (dont il avait été le général de l'ordre).
A la même époque, mais dans le camp d'en face, Giacomo Colonna (qui meurt en 1318), ainsi que ses neveux, Sciarra et Pietro combattront âprement l'élection de Boniface VIII. Assiégé par les armées du pape dans Palestrina, ils seront dépouillés de tous leurs biens et se réfugieront en France où Philippe le Bel devait les accueillir à bras ouverts. En 1303, Sciarra Colonna s'associa à Guillaume de Nogaret pour enlever le pape et on raconte que c'est lui qui aurait souffleté le pape à Agnani. Il faudra attendre la mort de Boniface et l'élection de Clément V pour que Giacomo Colonna soit réintégré dans ses droits. Le frère de Sciarra, Stefano Colonna, prendra le contre-pied de sa famille en se faisant l'allié des Guelfes. Il sera même leur chef jusqu'en 1347. Ses fils ne se distingueront guère, si ce n'est en tant que protecteurs de Pétrarque. En 1417, Odonne Colonna accède, en plein Grand Schisme, au titre de pape, ce qui le conduisit à combattre les hussites. Amoureux des arts, comme toute sa famille, Martin V sera également à l'origine de la construction du palais des Saints-Apôtres. Finalement, c'est sur le terrain de la guerre que la famille achèvera de se distinguer : Prospero Colonna s'illustrera dans la guerre contre Charles VIII et Marcantonio, au XVIe siècle, dans la défense de l'Occident chrétien : commandant de douze galères à la bataille de Lépante (1571), il sera fait vice-roi de Sicile par Philippe II d'Espagne.
Dernière mise à jour : ( 10-11-2009 )

Articles connexes


haut de la page Haut de page haut de la page



border borderborder border
     
border
powered by mambo open source - tdw
border
border border






border border border border
border border border border

Advertisement