border border border border
border
  http://www.historia-nostra.com   29-05-2017 v1.02  
border border
flower image
  Portail collaboratif

des passionnés d'histoire
border border
 arrow 
   
border border


Accueil
Préhistoire
Histoire antique
Histoire médiévale
XVIe-XVIIIe
Histoire moderne
Religion
Géographie
Biographies
Histoire de l'art
Sciences
Exploration
Membres
Login
Pass 
Se souvenir de moi
Perdu votre mot de passe ?
Partenaires



Histoire pour tous


Histoire-Généalogie, la vie et la mémoire des hommes

Car un pays sans passé est un pays sans avenir...




Atlas du monde

Histoire en questions



Le roi Arthur : les secrets d’une légende
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Alix Ducret   
22-06-2006
Modèle de chevalerie et de courtoisie, roi sage et vaillant,
Arthur est un des plus célèbres mythes du Moyen Âge.
Mais qui était réellement Arthur ?
Un personnage historique ? Un combattant de la mythologie irlandaise ?
Un roi « fabriqué » de toutes pièces par les Plantagenêt ?
Essayant de répondre à ces questions, l’auteur nous plonge, avec passion, dans la légende et tente de dérouler, pour nous, l’écheveau de sa naissance.
Fascinant personnage que celui d’Arthur : le Moyen Âge ne s’y est pas trompé, faisant revivre, maintes et maintes fois, à travers les paroles des jongleurs des ménestrels et des conteurs, les aventures d’Arthur et de Guenièvre, de Lancelot et de la fée Morgane.
Comme ces « conteurs-jongleurs », laissons-nous donc emporter par la légende…
Le bâtard du roi
Merlin et la fée Vivianne
Le roi Arthur, blessé, contemple le désastre. L’ultime combat du souverain anglais contre les Saxons, la bataille de Camlann, vient de faucher la fine fleur du royaume. Et parmi tous les chevaliers de la Table ronde, seuls deux d’entre eux ont suvécu… Arthur regarde une dernière fois Mordred, son fils, qu’il vient de tuer puis, soutenu par ses deux compagnons, se dirige vers un lac où il attend la mort.
De lointains souvenirs submergent alors sa mémoire…
Tout a commencé quand le souverain Uterpendragon, du royaume de Logres -qui devient, par la suite, la Grande-Bretagne- s’éprend de la femme de son vassal, le duc de Cornouailles. Ce dernier apprenant les avances que le roi avait faites à Ygerne, son épouse, déclara la guerre à celui-ci. Mais, alors que le duc était sur le champ de bataille, Uterpendragon, accompagné de Merlin, se rendit au château de Tintagel et, ayant pris l’apparence du duc de Cornouailles, grâce à la magie de Merlin, passa la nuit avec Ygerne. C’est ainsi que fut conçu Arthur. Dès sa naissance, Merlin prit l’enfant et le confia à un chevalier du pays, tout en gardant secrète l’identité de l’enfant.
Peu d’années après, Uterpendragon mourut. Et comme il ne laissait pas d’héritier mâle, tous les chevaliers de Bretagne se réunirent à Londres, afin d’élire un nouveau souverain. Arthur, alors simple écuyer, s’y rendit avec son père et son frère adoptifs. Un jour que ce dernier lui demandait une épée, Arthur prit la première qu’il trouva. Elle était plantée dans le roc, devant l’église de Londres et jamais personne, jusque-là, n’avait réussi à l’extraire de son rocher. Arthur « la prit par le pommeau et l’emporta ». Son père adoptif, Antor, voyant cela, appella l’arche-vêque et tous les barons et demanda à Arthur de remettre l’épée à sa place et de la ressortir du roc, afin que tous voient ce qu’il avait fait.
Et lorsqu’ils furent tous là, Antor commanda à Arthur de prendre l’épée et de la donner à l’archevêque, ce qu’il fit. À cette vue, l’archevêque le prit dans ses bras et entonna bien haut un Te Deum.
La Grande-Bretagne avait, à nouveau, un roi. Une légende disait, en effet, que celui qui réussirait à sortir l’épée du roc serait le roi de Bretagne. Et c’est alors que Merlin révéla le secret de la naissance d’Arthur.
Les chevaliers de la Table ronde
Après plusieurs années de guerre, au cours desquelles il repoussa les hordes saxonnes qui tentaient de conquérir le pays et combattit la fée Morgane, sa sœur, Arthur instaura la paix en Bretagne et réunit, au château de Camelot, les meilleurs chevaliers du pays. Merlin, qui était le conseiller d’Arthur, construisit pour lui une Table ronde où ne pourraient siéger que les meilleurs chevaliers de son royaume. Bientôt, on vit une cour permanente se tenir à Camelot, d’où le roi, souverain très sage, faisait régner l’harmonie et la paix sur le pays.
Entre temps, il avait épousé la belle Guenièvre, fille du roi de Carmelide. C’est avec le mariage d’Arthur que commencèrent les « douze années de paix » et pourtant, Merlin, qui savait l’avenir, lui avait prédit que Guenièvre le trahirait avec le meilleur chevalier de la cour. Parmi ceux-ci, on trouvait, entre autres, Gauvain, un des neveux du roi, Mordred, son fils incestueux, Lancelot, le meilleur des chevaliers et Galaad, le fils de Lancelot. Seul Galaad put prendre place sur le « Siège périlleux » de la Table ronde, jadis laissé vacant car personne n’était assez pur pour y prendre place.
Mais les années de paix ne devaient plus durer. Mordred, espérant s’asseoir sur le trône à la place de son père, lui révéla la trahison de Guenièvre, qui aimait en secret Lancelot. Les deux amants ayant été surpris, Lancelot se réfugia sur son domaine, en petite Bretagne, où Arthur et ses troupes le poursuivirent.
Mordred, faisant courir le bruit de la mort du roi, prit sa place sur le trône et épousa, de force, la belle Guenièvre. Arthur apprit rapidement la chose et retourna en Grande-Bretagne pour affronter son fils et neveu, Mordred, qui s’était allié aux Saxons. Et ce fut le désastre de Camlann…
La disparition du roi Arthur
La disparition d'Arthur
Revenant à lui, Arthur demanda à Bedwyr, l’un des chevaliers survivants, de s’emparer d’Excalibur, l’épée que la Dame du Lac lui avait donnée, puis de la jeter le plus loin possible dans les eaux du lac. Après bien des hésitations, Bedwyr obéit au roi et lança l’épée.
Dès qu’elle approcha de l’eau, il vit une main qui sortait du lac et qui se montrait jusqu’au coude, mais il ne vit rien du corps auquel la main appar-tenait. La main prit l’épée par la poignée et se mit à la brandir trois ou quatre fois vers le ciel. Quand il eut clairement vu ce prodige, elle s’enfonça dans l’eau avec l’épée.
Bedwyr alla retrouver le roi pour lui raconter ce qu’il avait vu et Arthur, sachant sa fin toute proche, demanda au chevalier de partir et de le laisser seul. Ce dernier « se mit en selle et s’éloigna du roi. Dès qu’il l’eut quitté, il se mit à tomber une pluie d’une extraordinaire densité qui l’accompa-gna jusqu’à ce qu’il eût atteint une colline, à plus d’une demi-lieue de l’endroit où était le roi. Arrivé sur la colline, il s’arrêta sous un arbre et la pluie finit par cesser ; il porta ses regards du côté où il avait laissé le roi. Il vit venir au milieu de l’eau, une barque toute emplie de dames ; quand elle accosta, à l’endroit même où se tenait le roi, les dames s’approchèrent de son bord. Celle qui les commandait tenait, par la main, Morgane, la sœur du roi Arthur, et elle se mit à inviter le roi à entrer dans la barque. Le roi, dès qu’il aperçut sa sœur Morgane, se leva précipitamment du sol où il était assis ; il pénétra dans la barque, tirant son cheval derrière lui, et emporta ses armes. Quand Bedwyr, toujours sur sa colline, eut été témoin de tout cela, il rebroussa chemin aussi vite que son cheval le lui permit et parvint enfin sur le rivage ; une fois là, il vit le roi Arthur, parmi les dames, et reconnut bien la fée Morgane, pour l’avoir vue maintes fois. En très peu de temps, la barque s’était éloignée à une distance de plus de huit portées d’arbalète. Comprenant qu’il avait ainsi perdu le roi, Bedwyr mit pied à terre sur le rivage et manifesta la plus grande douleur du monde… »
Ainsi disparut le grand roi Arthur, cinglant vers l’île d’Avalon.
La légende arthurienne : un mythe celtique ?
Finn Maccool
Mais le roi Arthur a-t-il vraiment existé ? Il semblerait que oui, bien que la figure historique d’Arthur reste, malgré tout, sujet à caution.
Apparu, dans les textes, à partir du VIIe siècle, Arthur serait un roi ou un grand chef de guerre, qui rallia tous les peuples de Grande-Bretagne pour combattre les Saxons qui, au VIe siècle, tentaient d’envahir le pays. C’est aussi ce que suggère l’Historia Britonium, écrite au IXe siècle, et qui décrit les douze victoires d’un certain Arthur sur les Saxons et, surtout, le désastre de Camlann, qui aurait eu lieu en 537.
D’autres chroniques font, au fil des ans, quelques allusions à Arthur, qui serait un soldat romain, le centurion Lucius Artorius Castus, installé en Bretagne au début du Ve siècle. Mais aucun texte ne nous permet de savoir avec certitude si Arthur a réellement existé.
Et d’ailleurs, la légende arthurienne n’est-elle pas, tout simplement, un des nombreux mythes celtiques ?
Il existe, en effet, beaucoup de points communs entre la légende arthurienne et certains aspects de la mythologie celtique.
Un certain Arthur, possesseur d’une épée enchantée nommée Caledlwch, dans laquelle certains linguistes ont cru reconnaître Excalibur, est parfois mentionné.
Parmi les apports de la mythologie celtique à la légende arthurienne, on peut relever en particulier le nom de Finn Maccool. Fils du dieu de la mer d’Irlande, Mongan, devenu par la suite le célèbre Finn Maccool, a été conçu par « magie ». Enlevé par son père à l’âge de trois jours, il grandit dans un des royaumes de l’Autre Monde, la Terre de Promesse.
Revenu dans le monde réel sous le nom de Finn Maccool, il est conseillé par un druide, Finegas, qui lui permet d’attraper le Saumon de Connaissance qui apporte la sagesse. Devenu chef des Fiannas, les guerriers les plus fiers et les plus vaillants, Finn Maccool est l’un des plus grands combattants de toute l’Irlande : selon la légende, il ne meurt pas mais a été emmené dans l’Autre Monde…
Comme Finn Maccool, Arthur a été engendré par magie, celle de Merlin. Comme Finn, Arthur est le chef des meilleurs combattants du royaume, les chevaliers de la Table ronde et, toujours comme lui, il n’est pas mort mais a été emporté, blessé, par trois femmes, sur l’île d’Avalon.
Et les concordances ne s’arrêtent pas seulement au personnage d’Arthur. La légende arthurienne raconte nombre de combats ou de batailles, à la fin desquels le vainqueur tranche la tête du vaincu, comme le fait Arthur lui-même après avoir combattu le géant du Mont-Saint-Michel et comme le faisaient les combattants irlandais et gallois qui imaginaient que l’âme se situait dans la tête :
Il s’écarta et contempla le cadavre puis il ordonna à son bouteiller de trancher la tête du géant et de la donner à un écuyer.
Du chaudron de Bran au Saint Graal
Le saint Graal, d'après un vitrail de l'église de Tréhorenteuc
L’héritage celtique marque très fortement certains personnages, comme Morgane et Merlin, qui sont, tout deux, typiques de la mythologie celtique.
Morgane, demi-sœur du roi, a un rôle tout à fait ambigu dans la légende d’Arthur. Reine d’Avalon, une île de l’Autre Monde, cette habile sorcière s’oppose à Arthur tout le long du récit. Morgane représente, en quelque sorte, la déesse des ténèbres et de la mort, alors qu’Arthur est le soleil et la vie. Pourtant, son personnage a aussi un aspect positif. En effet, quand, blessé après la bataille de Camlann, Arthur est amené par le chevalier Bedwyr au bord d’un lac, Morgane joue le rôle de la fée guérisseuse pour, finalement, emmener Arthur sur l’île d’Avalon, c’est-à-dire l’île de Verre.
Merlin, quant à lui, est l’image même du subtil mélange entre cette mythologie païenne et la légende « revisitée » par le Moyen Âge chrétien. Fils d’un démon et d’une femme, le plus célèbre des magiciens tient ses pouvoirs de son père et les utilise pour permettre la conception d’Arthur, dont il deviendra le conseiller. C’est également lui qui va construire le site de Stonehenge, le monument funéraire de Pendragon, l’oncle d’Arthur, avec les pierres des Géants, qu’il a ramenées d’Irlande, et, plus tard, la Table ronde. Il disparaît de la fin du récit, victime de la Dame du Lac, Viviane, qui, après avoir reçu les secrets du magicien, qui l’aimait, l’enferme dans la forêt pour l’éternité.
Les ressemblances ne se limitent pas aux personnages. Ainsi, le Graal, qui apparaît d’abord avec Chrétien de Troyes, a des vertus similaires aux fameux chaudrons miraculeux, l’un des thèmes récurrents de la mythologie celtique. Certains apportent la sagesse ou l’abondance et d’autres redonnent la vie comme le chaudron magique de Bran, ou bien « Chaudron de Résurrection », qui est réputé pour rendre la vie aux guerriers mais les laisse muets pour l’éternité.
De même, le Saint Graal, qui est le calice de la Cène dans lequel Joseph d’Arimathie  recueille le sang de Jésus-Christ sur la croix, apporte la vie éternelle et assure  l’abondance.
Et si, tout simplement, Chrétien de Troyes avait repris un thème païen présent dans la légende primitive et l’avait christianisé ?
Après cela, est-il encore envisageable d’imaginer qu’il n’ y ait pas eu une première légende arthurienne, entiè-rement bretonne et très largement inspirée de la mythologie celtique ?
En effet, il ne paraît pas possible de penser que le personnage d’Arthur soit juste né de l’imagination de l’historien du XIIe siècle, Geoffroy de Monmouth.
La seconde vie d’Arthur
Page d'un manuscrit de Chrétien de Troyes
C’est par la volonté de Geoffroy Plantagenêt, qui voulait asseoir son autorité en Grande-Bretagne, que Geoffroy de Monmouth écrit, en 1138, L’Histoire des rois de Bretagne.
Les premiers paragraphes de cette chronique sont dédiés à la naissance, quelque peu mythique, du pays. Ses premiers habitants sont les Géants, les fils des démons et de la danaïde Albine, d’où le nom d’Albion, qui sont ensuite vaincus par la tribu de Dana, c’est-à-dire le peuple des lutins et des elfes.
Peu après, Brutus, qui donne son nom à la Bretagne, fuyant Rome avec quelques compagnons, débarque sur la terre des Géants et apporte les bases de la civilisation. Après ces débuts pour le moins légendaires, Geoffroy de Monmouth relate l’histoire des rois de Bretagne, consacrant le plus long passage à Arthur. C’est, sans nul doute, en se basant sur des légendes existant  déjà que Geoffroy de Monmouth va écrire cette « histoire » d’Arthur, donnant ainsi à la légende une seconde vie… celle qui sera la plus longue.
Lorsqu’Henri II Plantagenêt devient roi d’Angleterre, en 1153, il comprend tout le parti qu’il peut tirer de l’œuvre de Monmouth.
Ennemi juré des Saxons, modèle du roi breton, Arthur ne peut que plaire à Henri II, qui est alors en butte à une certaine résistance saxonne, perdurant après plus de quatre-vingt-dix ans de domination normande.
Grâce aux prophéties de Merlin, que Monmouth a intégrées à son texte, le message est clair : Henri est l’héritier d’Arthur, devenu, grâce à L’Histoire des rois de Bretagne, un personnage historique incontestable.
Vulgarisée par le Roman de Brut, que Wace a composé en 1155, l’histoire d’Arthur va alors s’étendre à travers toute l’Europe et se développer, principalement, en France.
La première à parler d’Arthur est Marie de Champagne, la fille d’Aliénor d’Aquitaine et de Louis VII le Jeune, qui livre une image assez peu flatteuse du roi mythique.
Mais c’est surtout Chrétien de Troyes, un écrivain champenois, qui donnera à la légende d’Arthur toute son ampleur. Se dégageant du mythe déjà élaboré, Chrétien de Troyes va christinaniser la légende et faire d’Arthur ainsi que des preux chevaliers de la Table ronde les meilleurs propagateurs de l’éthique chevaleresque, telle qu’elle apparaît au XIIe siècle.
Les romans du Conte du Graal, de Érec et Énide, du Chevalier au lion et du Chevalier de la charette, qui n’est autre que Lancelot, relatent les exploits de ces chevaliers et leur quête de la perfection spirituelle, particulièrement évidente dans Le Conte du Graal et dans sa préface, écrite par un certain Robert de Boron, qui donne à l’œuvre de Chrétien de Troyes une orientation résolument chrétienne.
La légende arthurienne n’est bientôt plus qu’un cadre, nécessaire parce que populaire, permettant de raconter les exploits de plusieurs chevaliers de la Table ronde.
Ainsi cite-t-on l’histoire de Gauvain, le neveu du roi, de Perceval, l’un des trois chevaliers qui aperçut le Graal, ou même de Tristan, le célèbre amant d’Iseult.
La légende d’Arthur devient alors un doux mélange d’exploits guerriers, de contes païens, d’amour courtois et de spiritualité.
Et grâce à l’influence des monastères clunisiens, celui de Fécamp notam-ment, cette morale arthurienne va se propager dans toute l’Europe, allant de l’Allemagne à l’Italie et à l’Espagne, perdurant même à travers les jeux de cartes. Depuis, Arthur reste vivant dans nos esprits et nos légendes : « roi de jadis, roi à venir », dit-on en Bretagne. Et si Arthur n’était pas mort…
Dernière mise à jour : ( 26-06-2006 )

Articles connexes


haut de la page Haut de page haut de la page



border borderborder border
     
border
powered by mambo open source - tdw
border
border border






border border border border
border border border border

Advertisement