border border border border
border
  http://www.historia-nostra.com   29-03-2017 v1.02  
border border
flower image
  Portail collaboratif

des passionnés d'histoire
border border
 arrow 
   
border border


Accueil
Préhistoire
Histoire antique
Histoire médiévale
XVIe-XVIIIe
Histoire moderne
Religion
Géographie
Biographies
Histoire de l'art
Sciences
Exploration
Membres
Login
Pass 
Se souvenir de moi
Perdu votre mot de passe ?
Partenaires



Histoire pour tous


Histoire-Généalogie, la vie et la mémoire des hommes

Car un pays sans passé est un pays sans avenir...




Atlas du monde

Histoire en questions



Petite histoire du manuscrit
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Constance Cousin   
02-04-2010
Copiste de la fin du Moyen Âge (détail d'un manuscrit).
Copiste de la fin du Moyen Âge (détail d'un manuscrit).
On présente généralement l'imprimerie comme une véritable révolution. C'est effectivement le cas même si l'imprimerie n'a pas inventé la diffusion mais l'a placé dans une perspective plus large. En effet, nombre d'ouvrages antiques ou médiévaux ont été copiés et diffusés assez largement. C'est ce que l'on nomme les « manuscrits ». L'imprimerie ne fera que reprendre ce principe, destiné à répandre un ouvrage, à une échelle plus large, due à la facilité de fabrication que permettra la mécanique.
Le plus ancien manuscrit en langue française est celui de la Cantilène de sainte Eulalie, que l'on date de 881 après J.-C.. Et encore ne contient-il qu'un fragment de texte en français. Le plus ancien texte français est en fait un acte politique, le fameux Serment de Strasbourg qui verra la division de l'empire de Charlemagne entre ses héritiers. Prononcé en 843, le Serment de Strasbourg sous forme de manuscrit ne verra le jour qu'à la fin du Xe siècle. Il est cependant assez intéressant de noter que c'est donc un texte politique, l'acte de fondation de la Francie, de la Lotharingie et de la Germanie qui va initier la diffusion des textes en français.
Au Ixe siècle, la forme du livre est, en Occident, fixée depuis longtemps. C'est un ensemble de parchemins cousus entre eux et que l'on nomme « codex » et qui prend la place de rouleaux de parchemin nommés « volumen ». De nombreux documents, y compris littéraires, perdureront cependant sous la forme de rouleau et cela jusqu'au XVe siècle.
Avec le fin'amor et la littérature courtoise, la diffusion des manuscrits est déjà relativement importante mais elle ne prendra un essor significatif qu'au XIIIe siècle, période durant laquelle la langue française va subir de profonds changements. Des changements d'ailleurs tels qu'un François Villon, bachelier puis maître ès arts et poète du Xve siècle, montrera une ignorance totale de l'ancien français, c'est-à-dire du français antérieur au XIIIe siècle. Autant que la langue, le style littéraire va évoluer, au point que l'œuvre de Chrétien de Troyes, qui suscitait l'admiration et qui sera largement diffusée au XIIIe siècle, tombera en désuétude jusqu'au XVe siècle, époque vers laquelle quelques amateurs et mécènes se constituent de grandes bibliothèques. Et encore, le XVe siècle, avec notamment la Bibliothèque de Charles V qui initie la Bibliothèque nationale de France, est-elle essentiellement constituée de manuscrits scientifiques ou historiques. La vraie redécouverte de la littérature médiévale ne se fera qu'au XVIe siècle, date à laquelle apparaît l'imprimerie.
Dernière mise à jour : ( 02-04-2010 )

Articles connexes


haut de la page Haut de page haut de la page



border borderborder border
     
border
powered by mambo open source - tdw
border
border border






border border border border
border border border border

Advertisement