border border border border
border
  http://www.historia-nostra.com   28-06-2017 v1.02  
border border
flower image
  Portail collaboratif

des passionnés d'histoire
border border
 arrow 
   
border border


Accueil
Préhistoire
Histoire antique
Histoire médiévale
XVIe-XVIIIe
Histoire moderne
Religion
Géographie
Biographies
Histoire de l'art
Sciences
Exploration
Membres
Login
Pass 
Se souvenir de moi
Perdu votre mot de passe ?
Partenaires



Histoire pour tous


Histoire-Généalogie, la vie et la mémoire des hommes

Car un pays sans passé est un pays sans avenir...




Atlas du monde

Histoire en questions



Ravenne, la dernière capitale
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Mathilde Dumas   
01-06-2010
Détail d'une des célèbres mosaïque de Ravenne (Ve siècle).
Détail d'une des célèbres mosaïque de Ravenne (Ve siècle).
Déjà sous Auguste, Ravenne avait acquis un statu particulier lorsque l'empereur avait fait de son avant-port, Classis, la station principale de la flotte de l'Adriatique. Il faudra cependant la menace barbare pour en faire la capitale de l'empire romain d'Occident. En effet, en 404 et sous le conseil de Stilicon, l'empereur Honorius décida de quitter Rome et d'établir sa nouvelle capitale à Ravenne. Les raisons de ce choix ? Les marécages entourant la cité, ce qui la rendait plus aisément défendable que la cité érigée par Romulus. Un calcul qui ne suffira pas à sauver l'empire romain des barbares qui finiront par s'emparer de l'empire et par s'établir eux-même à Ravenne. Odoacre et surtout Théodoric vont d'ailleurs donner à Ravenne son véritable rôle politique tout en ornant la capitale de ce qui était leur empire de palais et d'églises magnifiques. De fait, Ravenne, qui est la dernière capitale, est surtout une capitale marquée du sceau des barbares. Au mausolée de l'impératrice Galla Placidia succédera ainsi la basilique arienne Sant'Apollinare Nuovo, le baptistère santa Maria et le tombeau de Théodoric, la fameuse Rotonde. Nourrit au lait de la culture classique, élevé durant son enfance à Constantinople, Théodoric avait, par ses constructions, imprégné de style byzantin les rues de sa capitale... qui devait tomber, en 540, sous les coups de Bélisaire et donc sous domination byzantine.
L'architecture ne s'en trouvera que plus marquée encore, jusqu'à sa prise, au VIIIe siècle, par le Lombard Aistofl, puis par Pépin le Bref qui devait la donner au nouveau « maître de Rome » : le pape. Une autorité toute nominale et que les Souverains pontifes n'exerceront jamais vraiment tant l'influence des évêques de Ravenne était grande... au point d'ailleurs de souhaiter et de tenter d'obtenir l'indépendance. Finalement, c'est Frédéric II de Hohenstaufen qui tranchera en s'emparant de la ville et en en faisant un de ses fleurons.

Dernière mise à jour : ( 01-06-2010 )

Articles connexes


haut de la page Haut de page haut de la page



border borderborder border
     
border
powered by mambo open source - tdw
border
border border






border border border border
border border border border

Advertisement