border border border border
border
  http://www.historia-nostra.com   26-06-2017 v1.02  
border border
flower image
  Portail collaboratif

des passionnés d'histoire
border border
 arrow 
   
border border


Accueil
Préhistoire
Histoire antique
Histoire médiévale
XVIe-XVIIIe
Histoire moderne
Religion
Géographie
Biographies
Histoire de l'art
Sciences
Exploration
Membres
Login
Pass 
Se souvenir de moi
Perdu votre mot de passe ?
Partenaires



Histoire pour tous


Histoire-Généalogie, la vie et la mémoire des hommes

Car un pays sans passé est un pays sans avenir...




Atlas du monde

Histoire en questions



Le héros d'un seul peuple
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Constance Cousin   
03-06-2010
Monnaie portant le portrait présumé de Vercingétorix.
Monnaie portant le portrait présumé de Vercingétorix.
Comme le dit assez justement l'historien Paul Martin, « Vercingétorix est, à quelques nuances près, l'homme d'un seul livre, celui de Jules César, et le héros d'un seul peuple, le peuple français ».
Homme d'un seul livre parce qu'il semble bien que seul Jules César ait trouvé quelque intérêt, que ce soit un intérêt militaire ou, plus vraisemblablement, un intérêt politique, à évoquer le chef arverne.
En effet, pas un historien romain pour ne serait-ce que l'évoquer. Pas une ligne dans les monumentales Histoires de Justin quand le sort même de l'Arverne, celui d'un homme à abattre, aurait du lui valoir quelque estime, une oraison funèbre. Mais Vercingétorix, vaincu à Alésia, était-il vraiment « l'homme à abattre » ? Ou n'était-il qu'un prisonnier encombrant dont le corps martyrisé ne vaudra guère plus que d'être jeté -voué- aux gémonies romaines -lieu où l'on exposait les corps des suppliciés.
En fait, Vercingétorix apparaît plus, au regard de l'histoire, comme le symbole d'un monde déjà révolu : celui de l'unité gauloise et de la puissance arverne.

Lorsque Vercingétorix né à Gergovie, la capitale des Arvernes, la puissance de ces derniers n'est déjà plus qu'un lointain souvenir. Les Belges, au nord, les Romains, au sud, ont fait voler en éclat la toute-puissance arverne. Et c'est à Rome, en 120 avant J.-C., que reviendra « l'honneur » de jouer le premier acte de cette perte d'autorité en retirant de l'influence arverne les Volques, les Sallyens ou les Allobroges qui allaient intégrer la Provincia romaine. Un premier « coup de canif » dans le « bouclier arverne » qui annonçait la fin d'un monde. Pourtant, les Arvernes possédaient encore de beaux restes et étendait leur puissance sur la Limagne, l'Arvernie et la Sequanie ainsi que sur quelques peuples vassaux comme les Cadurques, les Rutènes ou les Gabales. C'est à ce reste de puissance, à cet espoir de reconquête que Vercingétorix et ses compatriotes vont s'accrocher... en vain.
Dernière mise à jour : ( 03-06-2010 )

Articles connexes


haut de la page Haut de page haut de la page



border borderborder border
     
border
powered by mambo open source - tdw
border
border border






border border border border
border border border border

Advertisement