border border border border
border
  http://www.historia-nostra.com   28-04-2017 v1.02  
border border
flower image
  Portail collaboratif

des passionnés d'histoire
border border
 arrow 
   
border border


Accueil
Préhistoire
Histoire antique
Histoire médiévale
XVIe-XVIIIe
Histoire moderne
Religion
Géographie
Biographies
Histoire de l'art
Sciences
Exploration
Membres
Login
Pass 
Se souvenir de moi
Perdu votre mot de passe ?
Partenaires



Histoire pour tous


Histoire-Généalogie, la vie et la mémoire des hommes

Car un pays sans passé est un pays sans avenir...




Atlas du monde

Histoire en questions



Saint Léon le Grand, face aux Barbares
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Mathilde Dumas   
10-08-2010
Icône de saint Léon le Grand.
Icône de saint Léon le Grand.
Ce Romain pur souche, fils d'un certain Quintinianus, participera, sous le pontificat de Célestin aux luttes dogmatiques qui agitent le temps, notamment, le pélagianisme, qui exaltait la nature et la volonté humaine. Il sera élu pape alors qu'il effectuait une mission diplomatique en Gaule et sera sacré le 29 septembre 440. Plus tard, il aura l'occasion de se distinguer encore contre le manichéisme et le pélagianisme et dans certaines controverses. Mais ce n'est pas tant sur le plan théologique que Léon Ier, dit le Grand, va marquer son époque. Plus que tout autre, il sera le pape qui va réaffrimer -voir affirmer- le pouvoir papal. Un pouvoir qui sera reconnu au concile de Chalcédoine (451) où l'exposé de sa doctrine, présente dans le "Tome à Flavien" sera accueilli au cris de : "Pierre a parlé par la voix de Léon !"
De fait, Léon le Grand aura toute possibilité de montrer le pouvoir du pape. Dans les controverses orientales -encore et toujours- mais également face aux Barbares qui envahissent l'Occident. Et cette position, il va l'assumer pleinement, dans les actes. En 452, lors de l'invasion des Huns, c'est Léon lui-même qui se présente devant Attila et qui le convainc d'épargner Rome -contre paiement d'un tribu annuel, tout de même. E, 455, c'est lui encore qui parlemente avec le Vandale Genséric. Moins heureux qu'avec Attila, il obtiendra malgré tout que les sévices des Vandales, qui venaient de prendre Rome, soient limités. Autant d'actions qui, sans être des actes d'éclat, montraient sa volonté d'être l'ultime rempart de l'Occident face aux Barbares.
Alors, certes, l'Europe et toute l'Afrique du Nord vont bel et bien subir ce déferlement de tribus germaniques, mais c'est justement vers l'Eglise que les populations vont se tourner naturellement. C'est également l'Eglise qui sera le seul bastion restant dans cet empire d'Occident en désintégration complète. C'est l'Eglise, enfin, qui initiera la reconstruction de cet empire, devenu germanique. En cela, Léon Ier mérite pleinement son surnom de "Grand".
Dernière mise à jour : ( 10-08-2010 )

Articles connexes


haut de la page Haut de page haut de la page



border borderborder border
     
border
powered by mambo open source - tdw
border
border border






border border border border
border border border border

Advertisement