border border border border
border
  http://www.historia-nostra.com   25-02-2017 v1.02  
border border
flower image
  Portail collaboratif

des passionnés d'histoire
border border
 arrow 
   
border border


Accueil
Préhistoire
Histoire antique
Histoire médiévale
XVIe-XVIIIe
Histoire moderne
Religion
Géographie
Biographies
Histoire de l'art
Sciences
Exploration
Membres
Login
Pass 
Se souvenir de moi
Perdu votre mot de passe ?
Partenaires



Histoire pour tous


Histoire-Généalogie, la vie et la mémoire des hommes

Car un pays sans passé est un pays sans avenir...




Atlas du monde

Histoire en questions



Cuchulainn, le héros malheureux d’Érin
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Brune de Crespt   
26-11-2006
Cuchulainn jeune, d'après l'illustration de Stéphen Reid (1912).
Cuchulainn jeune, d'après l'illustration de Stéphen Reid (1912).
Le cycle héroïque ou des Ulates, est  rattaché au cycle mythologique par la présence de Cuchulainn. Fils adultérin de Lug et de Dechtire, Cuchulainn est, par sa mère, le petit-fils du dieu de l’amour, Aengus, et l’arrière-petit-fils de Dagda. Héros doté d’une force sans pareil mais capable de colères légendaires, toujours vainqueur mais totalement désespéré par ses propres exploits, Cuchulainn est un doux mélange entre les héros grecs Hercule et Achille.  
À l’âge de sept ans, raconte la légende, il tua le chien de garde de Culann, le forgeron de l’Ulster, assimilant toute la force de la bête féroce. Fort étonné par la soudaine colère de Culann, le jeune héros acceptera finalement de dédommager le forgeron en remplaçant la bête, le temps qu’une autre soit élevée. Et c’est ainsi qu’il fut nommé Cuchulainn, ce qui signifie « chien de Culann ».

Mais Cuchulainn n’allait pas garder bien longtemps sa fonction de « chien de garde ». Un jour, ayant simplement décidé d’asseoir sa réputation de valeureux combattant, il décide de provoquer les ennemis du roi -trois demi-dieux- avec, pour faire bonne mesure, tous leurs partisans. C’est à l’occasion de ce combat qu’il révèlera sa nature semi-divine et surtout sa parenté, désormais indiscutable, avec Lug. Face à ses ennemis, Cuchulainn fut envahi par une rage telle que ses yeux s’enfoncèrent dans leurs orbites et qu’une colonne de sang apparue au-dessus de son crâne. Revenu au palais avec les têtes de ses ennemis attachées à son char, Cuchulainn ne décolérait pas, au point qu’il faudra trois grands chaudrons d’eau glacée pour le calmer.
Aussi, quand le jeune héros demanda la main de la belle Emer, on comprend aisément que le père de la jeune fille ait tout mis en œuvre pour le décourager. Sans tenir compte le moins du monde des exploits, pourtant déjà célèbres de Cuchulainn, et dévoilant ainsi une mauvaise foi sans nom, il lui conseilla… de faire un petit stage sur l’art de la guerre.
Cuchulainn gagna alors la Terre des Ombres, que l’on situe généralement en Écosse, où la sorcière Scathach l’aguerrit. Pour confirmer sa suprématie, le héros irlandais provoqua ensuite la terrible guerrière Aoifa… qui sera vaincue grâce à une ruse et qui deviendra sa maîtresse. Au bout d’un an et un jour de ce noviciat, notre héros regagna sa patrie pour exiger son dû. Mais Cuchulainn n’était pas homme à s’endormir sur ses lauriers : après une courte période de repos auprès de sa jeune épouse, il reprit la série de ses prouesses.
Un héros désespéré
L’un de ses exploits les plus connus est raconté dans Le Festin de Bricriu. Seigneur de l’Ulster et provocateur réputé, Bricriu décida un jour d’organiser un festin, au cours duquel il offrit à trois hommes -Conall Cernach le Victorieux, Laoghaire le Triomphant et Cuchulainn- la part du héros, celle qui doit revenir au plus illustre d’entre eux. Bien évidemment, les trois hommes la réclamèrent pour eux et un combat s’engagea. La force des armes n’ayant pu les départager, on décida donc de tester leur courage : serait vainqueur celui qui pourrait trancher la tête d’un monstre… et qui accepterait de voir la sienne subir le même sort le lendemain. Cuchulainn, sans hésiter, décapita le monstre -qui n’en mourut pas- et, le lendemain, posa sa propre tête sur le billot. Il fut alors proclamé champion de toute l’Irlande.
Dans Tain Bo Cuanige, Cuchulainn sera contraint, pour récupérer le taureau brun dérobé par la terrible reine du Connacht, Maeve, de combattre son ami d’enfance Fer Diad, amoureux de Maeve. Vainqueur mais désespéré, Cuchulainn sera alors consolé et sauvé par son père, Lug.
Mais une épreuve plus atroce encore attendait le héros ulate. Un beau jour, un mystérieux jeune homme, refusant de décliner son identité, arriva en Érin. Cuchulainn le provoqua en duel bien qu’une étrange sympathie l’attirât vers l’inconnu. Agonisant, ce dernier lui apprit alors qu’il était Conlai, le fils d’Aoifa et de… Cuchulainn lui-même.
Cependant la reine Maeve n’avait pas abandonné l’idée d’envahir l’Ulster. Associée à Morrigane, déesse de la mort sur les champs de bataille dont Cuchulainn avait refusé les avances, Maeve conduisit ses armées en Ulster, défendu par le héros irlandais. Lors de ce dernier combat, Cuchulainn, affaibli et surtout désespéré par ses terribles péripéties, se laissera tout simplement mourir, attaché à un rocher.

Dernière mise à jour : ( 27-11-2006 )

Articles connexes


haut de la page Haut de page haut de la page



border borderborder border
     
border
powered by mambo open source - tdw
border
border border






border border border border
border border border border

Advertisement