border border border border
border
  http://www.historia-nostra.com   28-03-2017 v1.02  
border border
flower image
  Portail collaboratif

des passionnés d'histoire
border border
 arrow 
   
border border


Accueil
Préhistoire
Histoire antique
Histoire médiévale
XVIe-XVIIIe
Histoire moderne
Religion
Géographie
Biographies
Histoire de l'art
Sciences
Exploration
Membres
Login
Pass 
Se souvenir de moi
Perdu votre mot de passe ?
Partenaires



Histoire pour tous


Histoire-Généalogie, la vie et la mémoire des hommes

Car un pays sans passé est un pays sans avenir...




Atlas du monde

Histoire en questions



Persée, victime d’une prophétie
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Alix Ducret   
14-01-2007
Bas-relief représentant Persée égorgeant Méduse.
Bas-relief représentant Persée égorgeant Méduse.
Décidément, les prophéties, au lieu de faciliter la vie des Grecs, ont une certaine tendance à la compliquer. Ainsi, avait-on annoncé au roi d’Argos, Acrisios, que son petit-fils le tuerait. Sachant cela, Acrisios n’eut rien de plus pressé que d’enfermer sa fille, la belle Danaé, dans une tour d’airain, où personne ne pouvait l’approcher.
C’était compter sans l’extraordinaire sens de l’humour des dieux : à peine Acrisios eut-il enfermé Danaé que Zeus commença à s’intéresser à la jeune fille et, ayant pris l’apparence d’une pluie d’or, la séduisit. C’est ainsi que fut conçu Persée.
Lorsqu’Acrisios apprit la grossesse de sa fille, il jeta la mère et l’enfant dans une caisse et les précipita dans la mer, dans l’espoir qu’ils périssent. Zeus, amant et père attentionné, les fit aborder sur une île des Cyclades, à Sériphos, où ils furent recueillis par des pêcheurs puis par le roi, Polydecte. Les années passèrent et Polydecte tomba amoureux de Danaé. Persée était maintenant un jeune homme et le vieux roi craignait qu’il ne s’interpose entre lui et sa mère, aussi décida-t-il de soumettre Persée à une épreuve… à laquelle, du moins l’espérait-il, il ne survivrait pas : il demanda à Persée de lui ramener la tête de la terrible Méduse !
Fille de Phorcy, un dieu marin, et de Céto, Méduse était la seule des trois Gorgones à être mortelle. On raconte qu’elle avait été fort belle mais, qu’ayant aimé Poséidon dans un des temples d’Athéna, elle fut maudite par la déesse guerrière : dès lors, Méduse, à l’image de ses sœurs, eut la tête couverte de serpents et elle devint si terrible que quiconque la regardait était changé en pierre…
Même pour le fils de Zeus, l’affaire s’annonçait difficile. Heureusement, Persée n’était pas seul : guidé par Hermès et Athéna, le jeune héros alla d’abord trouver les Grées, sœurs des Gorgones, et leur prit leur unique œil. Après un chantage, assez peu digne d’un demi-dieu, il obtint ainsi les indications qui le conduiraient auprès des nymphes, gardiennes des sandales ailées et du casque d’Hadès qui rendait invisible. À ces présents inestimables, Hermès ajouta une faucille et Athéna un miroir ou, selon certaines rumeurs, un bouclier. Persée était fin prêt pour affronter la terrible Gorgone…
Le jeune héros enfila les sandales ailées et vola jusqu’au repère des Gorgones, sur les rivages de l’Océan. Prenant bien soin, comme le lui avait conseillé Athéna, de ne regarder Méduse que dans le reflet du bouclier -ou du miroir-, il lui trancha la tête, la mit dans un sac et, se coiffant du casque, s’enfuit aussi vite qu’il était venu.
Alors qu’il volait tranquillement vers l’île de Sériphos, Persée entendit soudain des cris désespérés : c’était Andromède, fille de Cassiopé et du roi d’Éthiopie Céphée, qui avait été livrée en sacrifice à un monstre marin. Persée, très chevaleresque, vola littéralement au secours de la belle et, brandissant la tête de Méduse, figea le monstre, sauvant ainsi la vie d’Andromède. Subjugué par la belle Éthiopienne, il l’épousa et reprit son périple vers Sériphos. Là, il utilisa une dernière fois la tête de la terrible Gorgone et changea en pierre Polydecte, qui ne cessait de harceler Danaé, et toute sa cour.
Vestiges de la porte des Lions, à Mycènes.
Vestiges de la porte des Lions, à Mycènes.
Persée avait surmonté avec succès l’épreuve de la Gorgone et, ayant rendu les armes magiques à Hermès, il offrit à Athéna la tête de Méduse, qui orna désormais le bouclier de la déesse. L’aventure de Persée n’était pourtant pas finie. Accompagné de sa mère et de sa femme, il décida de retourner sur la terre de ses ancêtres afin de s’y établir. Apprenant cela et se souvenant toujours de la prophétie, Acrisios se réfugia à Larissa… où Persée le suivit dans l’espoir d’une réconciliation. Larissa était alors dans l’effervescence : des jeux publics étaient organisés et occupaient les pensées de tous. Persée, qui avait pris goût aux épreuves -même sportives- s’inscrivit donc. Après les épreuves hippiques et musicales, vint le temps des épreuves gymniques. C’est lors du lancé du disque que Persée accomplit la prophétie qui avait déterminé toute sa vie : lançant le disque d’un mouvement ample et rapide, il atteignit Acrisios en pleine tête, le tuant sur le coup !
Acrisios mort, Persée refusa le trône d’Argos, qui lui revenait pourtant de droit, et préféra s’installer à Tirynthe. On raconte également qu’il aurait fondé une magnifique cité, qu’il nomma Mycènes…
Dernière mise à jour : ( 14-01-2007 )

Articles connexes


haut de la page Haut de page haut de la page



border borderborder border
     
border
powered by mambo open source - tdw
border
border border






border border border border
border border border border

Advertisement