border border border border
border
  http://www.historia-nostra.com   25-02-2017 v1.02  
border border
flower image
  Portail collaboratif

des passionnés d'histoire
border border
 arrow 
   
border border


Accueil
Préhistoire
Histoire antique
Histoire médiévale
XVIe-XVIIIe
Histoire moderne
Religion
Géographie
Biographies
Histoire de l'art
Sciences
Exploration
Membres
Login
Pass 
Se souvenir de moi
Perdu votre mot de passe ?
Partenaires



Histoire pour tous


Histoire-Généalogie, la vie et la mémoire des hommes

Car un pays sans passé est un pays sans avenir...




Atlas du monde

Histoire en questions



La « laïcité positive »
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Alix Ducret   
28-12-2007
François Bayrou.
François Bayrou.
On croyait que le voyage de Nicolas Sarkozy au Vatican n'avait eu aucune répercussion, aucun intérêt -notamment du fait de l'absence, ô combien regrettée par les journalistes, de Carla Bruni-, jusqu'à ce que François Bayrou, président du tout nouveau Modem ne se lance dans une virulente diatribe contre les déclarations du président de la République. Vaine polémique ou réel danger ? Car la chose est d'importance, Bayrou accusant tout bonnement Sarkozy de remettre en cause le principe de laïcité républicaine. C'est du moins la traduction que fait le président du Modem du terme, assez fantaisiste et très marqué « Raffarin-Lorie », de « laïcité positive ». Un terme qui ne veut rien dire mais auquel Bayrou fait tout dire, dans une interview parue dans le Figaro du 26 décembre 2007.
Et que reproche François Bayrou au président de la République ? De reconnaître "les racines chrétiennes de la France" ; de reconnaître également que les religions, le sens du spirituel peuvent apporter un plus dans la société. Si, effectivement, c'est là la conception de « laïcité positive » de Nicolas Sarkozy, comment aller à l'encontre de ces déclarations sauf à en devenir malhonnête ? Car monsieur Bayrou, prompt à tirer à vue et sur tout, est loin de démontrer l’inanité de la théorie. La France des Lumières, qu'aiment tant rappeler nos hommes politiques de tous bords, est avant tout l'héritière d'un passé philosophique, théologique, moral et spirituel fondé, comme celui de toute l'Europe d'ailleurs, sur une même morale, une même vision judéo-chrétienne de la société. Ce n'est pas faire œuvre de propagande que de le dire : c'est reconnaître la réalité. Une réalité, d'ailleurs, que nos politiques ont si bien nié qu'ils ont échoué à refonder l'Europe, à l'unir, quand la seule évocation de cet héritage commun aurait suffi à lui donner une même vision d'avenir. Mais peu importe, quand il faut ménager les vieux clichés laïcards et anticléricaux. Des clichés que le « très chrétien » monsieur Bayrou ressort avec une évidence méconnaissance quand il s'en réfère au « guide suprême » des laïcistes, le très anticlérical Jules Ferry. La conception de la laïcité de Bayrou est celle de Ferry ? C'est qu'il est donc anticlérical !
Caricature illustrant la politique laïque de Jules Ferry.
Caricature illustrant la politique laïque de Jules Ferry.
Quant à considérer que le spirituel n'a nul place dans la société, c'est méconnaître profondément le principe religieux qui est, par définition, un principe de vie. Est-ce à croire que ce chrétien convaincu, comme il aime à se définir lui-même, est capable, mieux que tout autre, de compartimenter sa vie en publique-privée, politique-religion, pensée-action peut-être aussi ? Sauf qu'une telle séparation, même lorsqu'elle est possible, n'a guère d'intérêt. Que penser en effet d'une personne qui serait capable de se comporter de telle ou telle façon dans le domaine public et d'une manière totalement opposée dans la sphère privée ? Qu'il s'agit d'un schizophrène ou d'un hypocrite, sans doute. Quant à l'intérêt de faire entrer la réflexion morale spirituelle dans une réflexion plus large au niveau national, le chantre de l'anti-sarkozysme y voit un retour de cet « opium du peuple », dénoncé dans ces mêmes termes par Karl Marx. Une référence, encore, que semble ne pas maîtriser le président du Modem qui, une fois encore, se lance dans les généralités. Car « l'opium du peuple » n'est rien d'autre que l'antidote au matérialisme dont notre société est gorgée et que Bayrou et Marx dénoncent avec une même hargne. Et effectivement, comment admirer, souhaiter une société uniquement centrée sur elle-même ? Sauf que ce matérialisme est la conséquence directe de la négation du spirituel, de la mise en avant de l'homme au-dessus de tout, bref, de l'humanisme. Ce dernier, en plaçant l'homme au centre de toutes les préoccupations et, surtout, de toutes les réflexions, n'engendre rien d'autre que matérialisme, égoïsme, narcissisme. Lorsque l'homme ne porte plus ses regards vers le haut, c'est vers lui-même, vers son petit monde, son petit bien-être qu'il se penche. Ce qui engendre le matérialisme, la surconsommation, le manque d'humanisme au fond…
Dans sa polémique stérile sur le discours du président de la République, monsieur Bayrou a, finalement, achevé de se discréditer prônant, en quelques mots, ce qu'il se faisait fort de combattre. Rien de bien positif en somme…
Dernière mise à jour : ( 28-12-2007 )

Articles connexes


haut de la page Haut de page haut de la page



border borderborder border
     
border
powered by mambo open source - tdw
border
border border






border border border border
border border border border

Advertisement