border border border border
border
  http://www.historia-nostra.com   29-03-2017 v1.02  
border border
flower image
  Portail collaboratif

des passionnés d'histoire
border border
 arrow 
   
border border


Accueil
Préhistoire
Histoire antique
Histoire médiévale
XVIe-XVIIIe
Histoire moderne
Religion
Géographie
Biographies
Histoire de l'art
Sciences
Exploration
Membres
Login
Pass 
Se souvenir de moi
Perdu votre mot de passe ?
Partenaires



Histoire pour tous


Histoire-Généalogie, la vie et la mémoire des hommes

Car un pays sans passé est un pays sans avenir...




Atlas du monde

Histoire en questions



Constantin ou l'instrumentalisation de la Foi
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Alix Ducret   
17-12-2008
Constantin le Grand (274-337).
Constantin le Grand (274-337).
Figure majeure de l'histoire romaine et de l'histoire du christianisme, Constantin Ier est resté dans les mémoires comme celui qui fit du christianisme une religion officielle mais qui lui permettra de prendre son essor, qui en fera la religion des empereurs. Agissant ainsi il paraît avoir été en complète rupture avec ses prédécesseurs, notamment Dioclétien qui persécuta les chrétiens. Pourtant, Constantin agit exactement comme les empereurs depuis Auguste ; comme eux, il va utiliser le divin pour affirmer son pouvoir et se présenter en roi-prêtre, en lien privilégié entre Dieu et les hommes.
Fils du césar Constance Chlore et d'une femme de basse extraction, Hélène, Constantin naît en 274 après J.-C. à Nis, en Serbie. Proclamé césar après la mort de son père, en 306, il partage alors le pouvoir avec Galère et Sévère, augustes tous les deux, et Maximin Daïa, césar comme lui. Un partage qui ne tardera pas à être bouleversé alors qu'après avoir conquis l'Afrique et l'Italie, Maxence, fils de Maximin, s'auto-proclame auguste. En réponse à quoi Constantin va également prendre le titre d'auguste. L'empire, jusqu'en 311, sera donc gouverné par pas moins de 4 augustes. C'était un peu trop, même pour l'empire : Constantin bât Maxence au Pont Milvius, en 312 puis, l'année suivante, conclut un accord de paix avec Licinius qui a également vaincu les armées de Maximin. Licinius et Constantin reste alors seuls augustes et proclament leurs fils, Crispus, Constantin II et Licinius le Jeune césars.
Le système imaginé par Dioclétien montrait clairement ses limites ; limites déterminées essentiellement en raison de l'ambition des césars et des augustes, rarement enchanté à l'idée de partager le pouvoir. Un système dont Constantin obtiendra la fin en éliminant, en 320, Licinius et son fils. L'unité de l'empire était rétablie… au moins pour quelque temps. Un empire que Constantin a décidé de placer sous le regard de Dieu.
C'est à la veille de la bataille du Pont Milvius, en 312, que Constantin, dans son sommeil, vit le Christ qui, lui montrant un chrisme dans le ciel, lui dit : "Par ce signe, tu vaincras !" Constantin, dont la mère, Hélène, était elle-même une chrétienne, fit alors peindre sur les boucliers de ses légionnaires les initiales du Christ. La victoire allait être sans appel et explique la conversion de Constantin. Telle est du moins la légende dorée qui entoure cette "conversion". Sauf qu'il n'y eut pas vraiment de conversion, Constantin ne se faisant baptiser que sur son lit de mort…
Constance Ier, dit Constance Chlore (v.250-306).
Constance Ier, dit Constance Chlore (v.250-306).
Une omission qui ne devait pas empêcher Constantin d'agir comme un évêque, comme un pape même. Par l'édit de Milan (313), lui et Licinius -on l'oublie souvent- font de la religion chrétienne une religion équivalente aux autres. Dès ce moment, Constantin agit comme s'il dirigeait l'Eglise en même temps que l'empire : en 314, il convoque le concile d'Arles, qui condamnera l'hérésie donatiste ; en 325, c'est à Nicée que les évêques sont invités à se réunir afin de mettre un terme à l'hérésie arienne. Un concile où sera alors proclamé le fameux Credo, qui proclame les vérités de la foi chrétienne ; un concile présidé par l'empereur ! Ce faisant, Constantin n'agit guère que comme ses prédécesseurs, notamment qu'Auguste. Comme eux, il se présente en représentant de Dieu sur terre ; comme eux, il fait de sa fonction et de sa personne le lien entre le divin et l'humain. Se faisant, il divinise la fonction impériale de la même façon qu'Auguste l'avait fait, ce qui avait conduit certains empereurs julio-claudiens à diviniser leur personne même…
L'histoire fera beaucoup pour la popularité de Constantin qui apparaît volontiers comme le prince de l'Eglise naissante, comme un saint même -il est inscrit dans le calendrier orthodoxe. Pourtant, il se sera servi de l'Eglise plus qu'un autre pour asseoir son pouvoir, justifier sa couronne. Se faisant, il inaugurait une lutte qui s'étendra durant des siècles entre la papauté et les empereurs -plus tard les empereurs romains germaniques- ; entre le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel, le second tentant d'échapper au premier.
Dernière mise à jour : ( 17-12-2008 )

Articles connexes


haut de la page Haut de page haut de la page



border borderborder border
     
border
powered by mambo open source - tdw
border
border border






border border border border
border border border border

Advertisement