border border border border
border
  http://www.historia-nostra.com   28-04-2017 v1.02  
border border
flower image
  Portail collaboratif

des passionnés d'histoire
border border
 arrow 
   
border border


Accueil
Préhistoire
Histoire antique
Histoire médiévale
XVIe-XVIIIe
Histoire moderne
Religion
Géographie
Biographies
Histoire de l'art
Sciences
Exploration
Membres
Login
Pass 
Se souvenir de moi
Perdu votre mot de passe ?
Partenaires



Histoire pour tous


Histoire-Généalogie, la vie et la mémoire des hommes

Car un pays sans passé est un pays sans avenir...




Atlas du monde

Histoire en questions



Ciano ou les regrets d'un impérialiste
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Mathilde Dumas   
02-04-2009
Le comte Galeazzo Ciano (1903-1944).
Le comte Galeazzo Ciano (1903-1944).
Déjà, la carrière politique et militaire de Galeazzo Ciano semblait toute tracée : son père s'était distingué dans l'attaque de sous-marins au cours de la Première Guerre mondiale et avait adhéré dans la foulée au parti fasciste. En 1930, Galeazzo suit promptement les traces de son père et, tout jeune diplomate, épouse, en 1930, la fille de Mussolini, Edda. Devenu sous-secrétaire d'Etat puis ministre de la presse et de la propagande (1935), le jeune comte Ciano participe à la guerre d'Ethiopie en tant qu'aviateur puis devient, en 1936, ministre des Affaires étrangères. Un poste essentiel en cette période de bouleversement européen ; un poste qui va faire de lui le principal artisan de la politique impérialiste de l'Italie, politique consacrée, en 1939, par l'axe Rome-Berlin. Dès lors, l'Italie de Mussolini est entraînée dans le sillage de la politique belliqueuse de l'Allemagne… ce qui est justement ce que Ciano veut éviter. Le calcul est mauvais car, malgré les réticences de Ciano, l'Italie ne peut plus faire marche arrière. De fait, Ciano a bel et bien piégé son pays, s'est piégé lui-même et ses réticences ou son opposition, de plus en plus marquée, vis-à-vis de son beau-père, Mussolini, ne changeront rient à l'affaire. Sauf pour l'intéressé lui-même qui, en 1943, se voit retirer le ministère des Affaires étrangères.
Devenu ambassadeur auprès du Vatican, Ciano ne désarme cependant pas et, en juillet 1943, vote la motion qui désavoue Mussolini. La sanction sera immédiate : le gouvernement de la République italienne le fait arrêté en novembre et, en janvier de l'année suivante, il est condamné à mort. Il mourra deux jours plus tard, fusillé dans le dos, sans avoir pu réparer ce qu'il avait si magnifiquement provoqué… par amour d'une Italie grande et forte.
Dernière mise à jour : ( 02-04-2009 )

Articles connexes


haut de la page Haut de page haut de la page



border borderborder border
     
border
powered by mambo open source - tdw
border
border border






border border border border
border border border border

Advertisement