border border border border
border
  http://www.historia-nostra.com   25-06-2016 v1.02  
border border
flower image
  Portail collaboratif

des passionnés d'histoire
border border
 arrow 
   
border border


Accueil
Préhistoire
Histoire antique
Histoire médiévale
XVIe-XVIIIe
Histoire moderne
Religion
Géographie
Biographies
Histoire de l'art
Sciences
Exploration
Membres
Login
Pass 
Se souvenir de moi
Perdu votre mot de passe ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Derniers articles
Partenaires



Histoire pour tous


Histoire-Généalogie, la vie et la mémoire des hommes

Car un pays sans passé est un pays sans avenir...




Atlas du monde

Histoire en questions



Bienvenue
Ecrit par Constance Cousin   
10-06-2007

Téléchargez gratuitement les 2 premiers chapitres du dernier livre d'Alix Ducret :"Les Rois maudits : vérités et mensonges"

Téléchargez gratuitement les 2 premiers chapitres Les Rois maudits : vérités et mensonges Téléchargez gratuitement les 2 premiers chapitres Les Rois maudits : vérités et mensonges Téléchargez gratuitement les 2 premiers chapitres Les Rois maudits : vérités et mensonges

Les Rois maudits : tout le monde connaît. La vérité historique et les erreurs qui égrainent ce qui reste un roman : c’est déjà moins évident. Retour, donc, sur une des périodes les plus célèbres de l’histoire de France… mais des plus méconnue.

Dernière mise à jour : ( 22-04-2009 )

Le monde des Enfers
Ecrit par Alix Ducret   
02-01-2011
Essayer de comprendre comment les Grecs voyaient les Enfers conduit, tout à fait logiquement, à comprendre comment ils percevaient la mort et la vie même. Cette vision n’a cependant rien d’immuable et de dogmatique : au fil du temps, la perception de la mort et des Enfers a évolué jusqu’à acquérir, à l’époque platonicienne, l’idée d’un jugement en fonction de l’honnêteté de la vie. Une vision, au final, assez proche de celle des chrétiens donc.
A l’origine, cependant, du moins à l’époque homérique, les Enfers ne font qu’un ; on peut alors parler de l’Enfer. C’est l’Erèbe, littéralement l’Obscurité, qui est une sorte de lieu sombre et brumeux où réside tous les morts, sans distinction et quel qu’ait été leur vie ; un lieu dont on ne s’échappe pas et d’où procède toute vie.
Certes, le Tartare existe déjà chez Homère mais il n’a en fait rien à voir avec les Enfers : il n’est pas soumis à Hadès et sert de prison aux dieux réprouvés et aux héros bannis. Le commun, quant à lui, se regroupe indistinctement dans les profondeurs de la Terre. L’inhumation explique cette croyance et l’idée du retour à la Terre-mère, la Terre nourricière explique la pratique. Le religion grecque archaïque ressemble en cela à toutes les mythologies indo-européennes originelles qui ont une perception cyclique de la vie… et donc de la mort.
Les Enfers sont donc souterrains. Et le séjour des morts, s’il n’a rien de particulièrement violent, se résout à une existence pâle, décolorée, sans consistance. Sans corps, bien sûr, sans force, les âmes des morts errent sans but, ayant perdu jusqu’à leur conscience. La mort est alors une véritable mort de l’âme en même temps que du corps. Ombres du défunt, elles n’ont conservé que l’apparence du corps, et sont impalpables, échappant à l’étreinte des vivants. Comparées à une fumée, à un songe, les âmes des morts n’ont plus de voix et ne produisent qu’un sifflement. Pourquoi voudraient-elles parler, d’ailleurs, n’ayant plus ni sentiment ni conscience… Le fait qu’Homère compare les âmes défuntes aux songes n’est pas anodin : les divinités chtoniennes ou leurs monstres peuplent fréquemment les rêves, annonçant la mort. C’est d’ailleurs aussi le cas des fées médiévales, comme Mélusine, qui sont annonciatrices ou vecteurs de mort…
Lire la suite...


Kennedy ou le mythe américain
Ecrit par Alix Ducret   
23-08-2010
John Fitzgerald Kennedy (1917-1963).
John Fitzgerald Kennedy (1917-1963).
Il est le plus populaire des présidents américains. Il symbolise à lui tout seul l'Amérique moderne des années 60, celle qui conduira à la reconnaissance des droits des noirs, celle de la conquête des étoiles. Pourtant, si l'on regarde avec quelque attention le bilan politique de Kennedy, force est de constater qu'il paraît bien maigre au vu de la réputation de l'homme. De fait, Kennedy l'homme autant que Kennedy le politique tient avant tout du mythe historique. Un mythe qui né de l'instant où le président s'effondre, touché par une balle.
Fils d'un ambassadeur, officier de marine dans le Pacifique durant la Deuxième Guerre mondiale, journaliste, vainqueur du prix Pulitzer en 1957 pour son livre Profiles i courage, John Fitzgerald Kennedy avait décidément tous les atouts pour accéder à la plus haute fonction. Des atouts soigneusement promus, parfois même un peu arrangés par son diplomate de père, Joseph Kennedy, une sorte d'autocrate version familiale et qui avait décidé du destin exceptionnel de son fils. Pour atteindre au but, le fils deviendra la représentant du Massachussets au Congrès -de 1946 à 1953- puis au Sénat -de 1953 à 1960.
Dernière mise à jour : ( 23-08-2010 )

Lire la suite...


Saint Léon le Grand, face aux Barbares
Ecrit par Mathilde Dumas   
10-08-2010
Icône de saint Léon le Grand.
Icône de saint Léon le Grand.
Ce Romain pur souche, fils d'un certain Quintinianus, participera, sous le pontificat de Célestin aux luttes dogmatiques qui agitent le temps, notamment, le pélagianisme, qui exaltait la nature et la volonté humaine. Il sera élu pape alors qu'il effectuait une mission diplomatique en Gaule et sera sacré le 29 septembre 440. Plus tard, il aura l'occasion de se distinguer encore contre le manichéisme et le pélagianisme et dans certaines controverses. Mais ce n'est pas tant sur le plan théologique que Léon Ier, dit le Grand, va marquer son époque. Plus que tout autre, il sera le pape qui va réaffrimer -voir affirmer- le pouvoir papal. Un pouvoir qui sera reconnu au concile de Chalcédoine (451) où l'exposé de sa doctrine, présente dans le "Tome à Flavien" sera accueilli au cris de : "Pierre a parlé par la voix de Léon !"
De fait, Léon le Grand aura toute possibilité de montrer le pouvoir du pape. Dans les controverses orientales -encore et toujours- mais également face aux Barbares qui envahissent l'Occident. Et cette position, il va l'assumer pleinement, dans les actes. En 452, lors de l'invasion des Huns, c'est Léon lui-même qui se présente devant Attila et qui le convainc d'épargner Rome -contre paiement d'un tribu annuel, tout de même. E, 455, c'est lui encore qui parlemente avec le Vandale Genséric. Moins heureux qu'avec Attila, il obtiendra malgré tout que les sévices des Vandales, qui venaient de prendre Rome, soient limités. Autant d'actions qui, sans être des actes d'éclat, montraient sa volonté d'être l'ultime rempart de l'Occident face aux Barbares.
Dernière mise à jour : ( 10-08-2010 )

Lire la suite...


Le meurtre des enfants d'Edouard
Ecrit par Alix Ducret   
04-08-2010
Les fils d'Edouard IV, Edouard et son frère Richard dans un tableau de John Everett Milais intitulé les Princes de la Tour.
Les fils d'Edouard IV, Edouard et son frère Richard dans un tableau de John Everett Milais intitulé les Princes de la Tour.
"C’en est fait, la volonté du tyran est exécutée ; le crime est accompli, le plus cruel, le plus impitoyable des meurtres qui aient jamais souillé cette terre. Messieurs Dighton et Forest, que j’ai subornés, ont effectué cet infâme acte de boucherie et tout féroces qu’ils sont, ces deux dogues sanguinaires se sont sentis émus de compassion, attendris. Ils pleuraient comme deux enfants en me parlant de leurs pauvres petites victimes.
-Oh ! disait Dighton, si vous aviez vu les pauvres enfants ainsi couchés…
-Si vous les aviez vus, interrompit Forrest, s’entourant ainsi l’un l’autre de leurs bras innocents, blancs comme de l’albâtre ! Leurs petites bouches, semblables à de belles roses rouges épanouies, un jour d’été, sur une même tige, étaient penchées l’une vers l’autre et s’entrebaisaient.
Près d’eux, sur leur oreiller, était un livre de prières et, en vérité, ajoutait Forrest, quand je l’ai aperçu, j’ai failli perdre toute ma résolution… mais le diable…
Et le misérable cessa de parler." (Shakespear, Richard III)
On pourrait le considérer comme un épisode de plus de la guerre des Deux-Roses, ce conflit qui, pendant plus de trente ans, va plonger l'Angleterre dans l'anarchie la plus complète. On pourrait le résumer à un coup d'Etat, un coup de force. Mais le meurtre des enfants d'Edouard IV est avant tout un symbole. William Shakespear l'a bien compris qui en a fait l'illustration parfaite de cette période troublée, la preuve que le désir de pouvoir peut conduire à tous les crimes, même les plus terribles.
Le règne d'Henri VI marque un tournant dans l'histoire d'Angleterre à plus d'un titre. Refoulé hors de France, ayant perdu tout espoir d'accéder au trône d'Hugues Capet et de saint Louis, Henri VI va se révéler aussi peu apte à diriger l'Angleterre. Le pays, qui a beaucoup misé et beaucoup perdu dans l'aventure française, est plongé dans une situation économique désastreuse et les mécontents se multiplient. Au sein de la noblesse comme ailleurs. Une situation explosive dont les York, famille issue d'un second fils d'Edouard III, ont décidé de profiter afin de s'emparer du trône. Ce sera le début de la guerre des Deux-Roses -du nom de l'emblème des deux familles, la rose blanche pour les York et la rouge pour les Lancastre.
Dernière mise à jour : ( 04-08-2010 )

Lire la suite...


Les Fils des Han
Ecrit par Constance Cousin   
20-07-2010
Han Gaozu de la dynastie Han.
Han Gaozu de la dynastie Han.
C'est après une période d'anarchie et alors que "l'empire" chinois n'en est qu'à ses prémices qu'apparaît Lieou Pang, un capitaine aventurier qui, après s’être constitué une troupe avec d’anciens prisonniers, s’empare du pouvoir et fonde la dynastie des Han. Une dynastie qui saura garder le pouvoir pendant quatre siècles et qui acquérera une telle légitimité que les Chinois modernes sont encore fiers de se dire Fils des Han.
Avec Lieou Pang, les lettrés confucéens ne sont guère à l’honneur : cet homme, resté simple, ne croit qu’à l’action. Après sa mort, en 195 av. J.-C., c’est la mère du « dauphin », trop jeune, qui tient les rênes pendant quinze ans, éliminant sans scrupules tous les éventuels rivaux. Des princes sans éclat lui succéderont sur le trône jusqu’à ce qu’arrive, en 140 av. J.-C., un empereur à la personnalité forte, Wou-ti. Cet homme remarquablement intelligent arrive au pouvoir à seize ans et le gardera pendant cinquante-trois ans. Il représente, en quelque sorte, l’équivalent de Louis XIV…
Dernière mise à jour : ( 20-07-2010 )

Lire la suite...


Tibère, l'empereur républicain
Ecrit par Brune de Crespt   
14-07-2010
Buste de l'empereur Tibère (42 avant J.-C.-37 après J.-C.).
Buste de l'empereur Tibère (42 avant J.-C.-37 après J.-C.).
Si Auguste avait fait semblant de respecter la République tout en mettant en place l'empire -ou du moins le principat-, Tibère, son successeur sera bel et bien empereur... sans pour autant en avoir l'envie, le désir. Et il s'en faudra de peu pour que le rêve d'Auguste ne s'effondre avec un retour à la République.
De fait, lorsque Auguste meurt, en 14 après J.-C., c'est le règne de l'incertitude et de l'inaction. Tibère ne veut pas réclamer les pouvoirs qui lui seront nécessaires pour régner ; et le Sénat hésite à accéder à la volonté d'Auguste et à reprendre les pouvoirs qui lui avait été ravis, ce qui équivaudrait  à un retour à la République pleine et entière et non plus apparente comme sous le « règne » d'Auguste. Un mois durant, le Sénat va hésiter, osciller pour finalement octroyer à l'héritier désigné ce qui signe l'acte de décès de la République. Le plus étonnant, c'est que Tibère sera sans nul doute l'empereur le plus attaché aux valeurs de la République, celui qui la regrettera la plus, qui comprendra le plus ce qu'elle représentait... pour la bonne et simple raison qu'il était lui-même fils de la République.
Dernière mise à jour : ( 14-07-2010 )

Lire la suite...


Théodoric le Grand : sur le trône des Césars
Ecrit par Constance Cousin   
29-06-2010
Pierre gravée portant le nom de Théodoric.
Pierre gravée portant le nom de Théodoric.
Si pour les Romains, Théodoric était un barbare, il était tout de même de sang royal, né dans la famille des Amales qui, au Vie siècle, régnait sur les Ostrogoths. Envoyé en otage à Constantinople à l'âge de 7 ans, Théodoric profita de son séjour byzantin pour se cultiver, apprenant le grec et les latin, s'initiant à la culture classique. Et à la mort de son père, c'est tout naturellement qu'il prit sa suite à la tête des Ostrogoths. Pas de tous cependant, car durant des années Théodoric aura à combattre un adversaire de même nature, le bien nommé Théodoric le Louche. Côté byzantin, si l'Ostrogoth commença par s'opposer à l'empereur Zénon, il contribuera au rétablissement de ce dernier ce qui lui vaudra la reconnaissance éternelle de l'empereur. Enfin, reconnaissance éternelle, sans doute pas, mais au moins les titres de patrice, de consul et de magister militum, des titres qui allaient aiguisé l'appétit de l'Ostrogoth plutôt que de le calmer. Sentant le danger et plus fin politique qu'il ne semblait de prime abord, Zénon va habilement détourner les ambitions de Théodoric en orientant sa soif de pouvoir vers la péninsule italienne qui, depuis 476, était aux mains d'un autre barbare, un certain Odoacre, dont la tribu avait été détruite par les Ostrogoths et qui, depuis ce temps, avait mis ses talents au service des Romains. Mais comme Théodoric, Odoacre était ambitieux ; comme lui, mais avec plus de succès, il s'était fait le zélé serviteur des empereurs d'Occident avant de détrôner le dernier d'entre eux, Romulus Augustule, et de prendre, dans les faits si ce n'est dans les titres, sa place.
Dernière mise à jour : ( 29-06-2010 )

Lire la suite...


Landru : le sieur de Gambais
Ecrit par Alix Ducret   
21-06-2010
Henri Désiré Landru (1869-1922) lors de son procès.
Henri Désiré Landru (1869-1922) lors de son procès.
Jeanne Cuchet, veuve, 39 ans ; Line Laborde, veuve, 47 ans ; Marie-Angélique Guillin, veuve, 52 ans ; Berthe-Anna Héon, veuve, 55 ans ; Anna Collomb, veuve, 39 ans ; Lyane Jaume, en instance de divorce, 36 ans ; Andrée Babelay, célibataire, 19 ans ; Célestine Buisson, veuve, 44 ans ; Annette Pascal, divorcée, 36 ans ; Marie-Téhrèse Marchadier, célibataire, 39 ans.
Elles sont veuves pour la plupart, souvent d'âge mûr -si l'on excepte Andrée Babelay- et, à défaut de "prince charmant", rêvaient de s'établir, de convoler. C'est exactement ce que leur proposait Henri Désiré Landru, un homme d'apparence quelconque, petit, à moitié chauve mais qui, en ces années 1914-1919, avait le mérite de ne pas être au front, de ne pas être mort. Il est certain que la "carrière criminelle" de Landru aurait été toute autre sans cette guerre qui devait laisser le pays exsangue, ses fils dans la boue des champs de bataille. Le nombre d'hommes est alors plus que réduit alors que celui des veuves, à l'inverse, ne cessent d'augmenter. Dire que certaines femmes étaient moins "regardantes" serait trop facile. Car si Landru eut le succès qu'on lui connaît, il est certain qu'il le dut à son charme autant qu'à la situation des femmes en France pendant la guerre. Une guerre qui, simplement, devait faire quelque peu oublier la prudence généralement de mise. Une guerre qui allait révéler chez lui ses instincts les plus meurtriers.
Dernière mise à jour : ( 21-06-2010 )

Lire la suite...


Les bosquet sacrés des Celtes
Ecrit par Alix Ducret   
16-06-2010
Réunion de druides (gravure du XIXe siècle).
Réunion de druides (gravure du XIXe siècle).
Dans La Guerre des Gaules, César évoquent clairement des réunions de druides dans des bois sacrés :
« Chaque année, à date fixe, les druides tiennent leurs assises en un lieu consacré, dans le pays des Carnutes, qui passe pour occuper le centre de la Gaule. »
Or, si les druides avaient indéniablement un rôle politique et parfois judiciaire, ils sont surtout restés fameux pour le côté religieux de leur fonction ; et, justement, c'est dans les forêts que les Celtes avaient pour usage de vénérer leurs dieux.
De fait, la religion celte était intimement liée à la nature et notamment au monde sylvestre ou aux sources dans lesquels les Celtes voyaient volontiers la demeure des esprits, des dieux. Lacs, sources, bosquets : autant de lieux parfaitement anodin au yeux des Romains et des Grecs qui étaient en fait des lieux sacrés, de véritables temples naturels. Lucain, un auteur du Ier siècle , raconte que l'armée de César avait détruit un de ces lieux sacrés découvert dans une forêt. Dans La Pharsale, il évoque précisément « un bois sacré qui, depuis les temps les plus anciens, n'avait jamais été profané ». Mais la description qu'il en fait évoque clairement l'Au-delà, le monde des morts plus que des dieux :
«... entourant de ses branches entrelacées les ténèbres et les ombres glacées, à l'écart des mouvements du soleil ».
Dernière mise à jour : ( 16-06-2010 )

Lire la suite...


Lord Sidney, une idole déchue
Ecrit par Mathilde Dumas   
14-06-2010
Portrait de sir Philip Sidney (1554-1586).
Portrait de sir Philip Sidney (1554-1586).
Homme d'Etat distingué, grand voyageur, poète émérite, sir Philip Sidney comptera au nombre des favoris de la reine Elisabeth avant de sombrer, comme souvent, dans la disgrâce.
Lui-même fils d'un homme d'etat, Philip Sidney fait ses études au très célèbre Christ College d'Oxford avant d'entreprendre un périple qui le conduit en France, en Allemagne et en Italie où il complètera son éducation et sa culture qu'il avait déjà grande. Séducteur et poète à ses heure, Sidney va devenir un intime de la reine Vierge qui se plaisait à l'appeler « mon Philip ». Une distinction qui se complétait avec un talent politique certain ce qui lui vaudra, en 1577, à seulement vingt-deux ans, d'être nommé ambassadeur auprès de l'empereur d'Autriche Rodolphe II. Une distinction qui lui fera aussi « oublier » sa place et son rang.
En effet, parce qu'il avait osé critiquer les projets de mariage de la souveraine anglaise avec le duc d'Anjou -projet qui ne verra jamais le jour-, Sidney devait subir l'ire royal avec pour conséquence l'exil. Retiré de la cour dès 1580, il sera envoyé par la froide souveraine sur le front des Pays-Bas où combattait déjà son oncle, Leicester. Blessé au cour d'une bataille contre les Espagnols, Sidney devait succomber à ses blessures. Outre la cour, c'est l'Angleterre toute entière qui devait le pleurer, elle qui s'était découvert un prosateur de génie, un poète plein de sensibilité, auteur de sonnets (Astrophel and stella) et d'un roman pastoral (Arcadia).
Dernière mise à jour : ( 14-06-2010 )

Marat-Corday : victimes d'un idéal
Ecrit par Alix Ducret   
13-06-2010
La mort de Marat peinte par David.
La mort de Marat peinte par David.
Charlotte Corday, Jean-Paul Marat : deux noms liés pour l'éternité ; deux noms qui désignent l'assassin et sa victime ; deux noms qui illustrent admirablement le désarroi dans lequel la France révolutionnaire se trouve à l'aube de sa jeune existence. Car au final, Charlotte Corday, l'assassin, et Marat, la victime, sont tous deux à mettre au nombre des victimes du même idéal : celui de la Révolution.
Lorsque éclate la Révolution française, en 1789, Jean-Paul Marat a déjà largement fait œuvre d'esprit révolutionnaire. Il en est même un des inspirateurs. Ainsi, ce médecin installé depuis 1767 à Londres s'est déjà distingué en écrivant Philosophycal essay on Man (1773) et The Chains of Slavery -Les chaînes de l'esclavage- (1774) : deux titres pour le moins inspirés et engagés. Or l'engagement, c'est justement ce que recherche Marat qui postule à l'Académie des sciences -qui lui ferme ses portes- et qui entre en franc-maçonnerie. De fait, Marat aurait pu demeurer un scientifique exalté, porté à la discussion et à l'agression même si la Révolution n'avait décidé de s'inviter dans sa vie. De fait, les événements de 1789 allaient avoir le mérite, pour Marat, de combler son désir d'action, d'exalter son imagination. Dès septembre 1789, il fonde l'Ami du peuple, un journal dans lequel il combat sans relâche contre les compromissions, l'éventuel détournement de l'idéal révolutionnaire. Du moins de SON idéal.
Dernière mise à jour : ( 13-06-2010 )

Lire la suite...


Charles IX : l'homme de la Saint-Barthélemy
Soumis par Emma Benedetti   
10-06-2010
Charles IX (1550-1574).
Charles IX (1550-1574).
Le règne de François II avait été marqué par la militarisation et la politisation du conflit religieux. Par sa radicalisation également, une radicalisation parfaitement illustrée par le célèbre massacre de la Saint-Barthélemy, qui apparaît comme l’événement majeur du règne de Charles IX.
Un règne qui, pourtant, avait commencé sous le signe de la modération. Les Guise ayant perdu leur toute-puissance avec la mort de François II, c’est Catherine de Médicis, mère du roi, qui assure la régence. En cela, elle se fait conseiller par Michel de L’Hospital, homme de compromis s’il en fut. La nomination d’Antoine de Bourbon au rang de lieutenant général du royaume, le colloque de Poissy ensuite apparaissaient comme des signes tangibles du désir de compromis de la régente. La paix d’Amboise et le traité de Saint-Germain seront également à mettre au compte de cette tentative –finalement vaine- de parvenir à une entente, tout comme le mariage de Marguerite de Valois, sœur du roi, avec Henri de Navarre, un des chefs du parti huguenot. Dès lors, comment croire à cette idée si répandue qui veut que le roi Charles ait été, autant que sa mère, un fanatique. Pourtant, Charles IX a bien été à l’origine de la Saint-Barthélemy… De fait, le roi n’a certainement pas désirer ce massacre. Par contre, il est vrai qu’il avait ordonné l’arrestation et la condamnation –donc l’élimination- des chefs protestants, pensant que, ces derniers, une fois éliminés, la guerre fratricide cesserait.
Dernière mise à jour : ( 10-06-2010 )

Lire la suite...


Les multiples "visages" du gnosticisme
Ecrit par Alix Ducret   
07-06-2010
Tableau intitulé :
Tableau intitulé : "les larmes de saint Pierre", Pierre étant le chef historique de l'Eglise.
Dès les premières années après la mort du Christ, certaines doctrines ou croyances vont secouer l'Eglise, éloigner d'elle certains fidèles. Mais ce que l'on considère comme une des premières hérésies apparaît plus comme une philosophie que comme une doctrine, comme une déviance que comme une hérésie. Le gnosticisme -du nom de gnôsis, connaissance, en grec- est un courant de pensée, une philosophie résultant de la rencontre des cultes orientaux païens, de la philosophie hellénistique, du monothéisme juif et, ensuite, du christianisme. C'est sans doute ce qui explique, en grande partie, l'extraordinaire variété de courants au sein du gnosticisme. S'étant d'abord développé en parallèle avec le christianisme, cette "philosophie religieuse", si l'on peut la nommer ainsi, va finalement se lier à lui, s'y intégrer au point de devenir une hérésie chrétienne. Ou plutôt "des hérésies" chrétiennes, car, comme il a été dit plus haut, la variété de ses courants va se retrouver dans sa dimension chrétienne et donc dans le nombre de courants hérétiques influencés par la pensée gnostique.
De fait, malgré la complexité du "monde gnostique", malgré la diversité de courants que l'on dénombre, on peut distinguer un fond commun.
Tout commence avec cette éternelle question : comment un Dieu bon par nature a-t-il pu créer un monde si mauvais ? À partir de cette interrogation, un point ressort particulièrement : Dieu est esprit, le monde matière ; Dieu est bon, le monde mauvais. Donc l’esprit est bon et la matière mauvaise.
Dernière mise à jour : ( 07-06-2010 )

Lire la suite...


Le héros d'un seul peuple
Ecrit par Constance Cousin   
03-06-2010
Monnaie portant le portrait présumé de Vercingétorix.
Monnaie portant le portrait présumé de Vercingétorix.
Comme le dit assez justement l'historien Paul Martin, « Vercingétorix est, à quelques nuances près, l'homme d'un seul livre, celui de Jules César, et le héros d'un seul peuple, le peuple français ».
Homme d'un seul livre parce qu'il semble bien que seul Jules César ait trouvé quelque intérêt, que ce soit un intérêt militaire ou, plus vraisemblablement, un intérêt politique, à évoquer le chef arverne.
En effet, pas un historien romain pour ne serait-ce que l'évoquer. Pas une ligne dans les monumentales Histoires de Justin quand le sort même de l'Arverne, celui d'un homme à abattre, aurait du lui valoir quelque estime, une oraison funèbre. Mais Vercingétorix, vaincu à Alésia, était-il vraiment « l'homme à abattre » ? Ou n'était-il qu'un prisonnier encombrant dont le corps martyrisé ne vaudra guère plus que d'être jeté -voué- aux gémonies romaines -lieu où l'on exposait les corps des suppliciés.
En fait, Vercingétorix apparaît plus, au regard de l'histoire, comme le symbole d'un monde déjà révolu : celui de l'unité gauloise et de la puissance arverne.

Dernière mise à jour : ( 03-06-2010 )

Lire la suite...


Ravenne, la dernière capitale
Ecrit par Mathilde Dumas   
01-06-2010
Détail d'une des célèbres mosaïque de Ravenne (Ve siècle).
Détail d'une des célèbres mosaïque de Ravenne (Ve siècle).
Déjà sous Auguste, Ravenne avait acquis un statu particulier lorsque l'empereur avait fait de son avant-port, Classis, la station principale de la flotte de l'Adriatique. Il faudra cependant la menace barbare pour en faire la capitale de l'empire romain d'Occident. En effet, en 404 et sous le conseil de Stilicon, l'empereur Honorius décida de quitter Rome et d'établir sa nouvelle capitale à Ravenne. Les raisons de ce choix ? Les marécages entourant la cité, ce qui la rendait plus aisément défendable que la cité érigée par Romulus. Un calcul qui ne suffira pas à sauver l'empire romain des barbares qui finiront par s'emparer de l'empire et par s'établir eux-même à Ravenne. Odoacre et surtout Théodoric vont d'ailleurs donner à Ravenne son véritable rôle politique tout en ornant la capitale de ce qui était leur empire de palais et d'églises magnifiques. De fait, Ravenne, qui est la dernière capitale, est surtout une capitale marquée du sceau des barbares. Au mausolée de l'impératrice Galla Placidia succédera ainsi la basilique arienne Sant'Apollinare Nuovo, le baptistère santa Maria et le tombeau de Théodoric, la fameuse Rotonde. Nourrit au lait de la culture classique, élevé durant son enfance à Constantinople, Théodoric avait, par ses constructions, imprégné de style byzantin les rues de sa capitale... qui devait tomber, en 540, sous les coups de Bélisaire et donc sous domination byzantine.
Dernière mise à jour : ( 01-06-2010 )

Lire la suite...


L'Evangile selon saint Jean
Ecrit par Alix Ducret   
31-05-2010
Icône représentant saint Jean l'Evangéliste.
Icône représentant saint Jean l'Evangéliste.
Depuis toujours, en fait depuis les premiers temps de l'Eglise, les chrétiens se sont intéressés à l'authenticité des livres saints. Et celui qui paraissait jouir de la plus grande autorité ou du moins qui faisait référence plus que les autres était l'Evangile de Jean. Il faut dire que la tradition et les plus grands dignitaires de l'Eglise primitive font référence à cet Evangile, en citant des passages entiers ou, mieux, affirmant que l'apôtre saint Jean, le « disciple que Jésus aimait » était bel et bien l'auteur de cet écrit. Le « Canon de Muratori », écrit à Rome en 180, révèle que « l'Evangile de Jean a été rendu public et remis aux églises par Jean lui-même, de son vivant, d'après ce que dit Papias de Hiérapolis ». Or, Papias est reconnu comme un disciple de Jean. La longévité de l'apôtre est d'ailleurs un allié précieux : elle lui a permis de connaître bien des penseurs de l'Eglise, de participer, non plus à une Eglise en devenir, comme Pierre ou Paul, mais à une Eglise avec qui il faut déjà compter ; une Eglise pourvue, non seulement d'évangélisateurs et de convertis, mais aussi d'une hiérarchie reconnue et établie. Et c'est son témoignage direct qu'il livre alors à ceux qui n'ont pas connus le Christ mais qui croient en la divinité du Nazaréen.
Dernière mise à jour : ( 31-05-2010 )

Lire la suite...


Hoche : l’homme de l’est
Soumis par Emma Benedetti   
26-05-2010
Lazare Hoche (1768-1797) d'après le tableau de Simon Gérard.
Lazare Hoche (1768-1797) d'après le tableau de Simon Gérard.
Ce n'est pas en tant que cavalier que Lazare Hoche va initialement fréquenter les écuries mais comme palefrenier des écuries royales. Entré en 1784 aux gardes françaises, il est caporal lorsque éclate la Révolution. Un bouleversement qui va lui permettre de gravir les échelons à une vitesse vertigineuse, au point d'obtenir le commandement de l'armée de la Moselle en 1793. Il avait alors vingt-cinq ans.
Un premier échec, à Kaiserslautern, ne devait pas augurer de la suite ; Würmser, Landau qui suivirent allaient libérer l'Alsace de la présence prussienne. Un haut fait d'armes qui failli bien lui coûter la vie. En effet, comme son rival Pichegru avait les faveurs de Saint-Just, Hoche fut traduit devant le Comité de salut public et jeté en prison. Il ne devra sa libération, et peut-être la vie, qu'à la chute de Robespierre en 1794.
C'est à ce moment que les autorités révolutionnaires décidèrent de confier à Lazare Hoche ce qui sera sa grande affaire : mater l'insurrection vendéenne. Comme toujours, Hoche allait parvenir à ses fins, enterrant pour des décennies les ambitions royalistes dans les eaux peu profondes de la baie de Quiberon.
Dernière mise à jour : ( 26-05-2010 )

Lire la suite...


Sylla, le fils des dieux
Ecrit par Alix Ducret   
24-05-2010
Buste de Sylla (138 avant J.-C.-78 avant J.-C.).
Buste de Sylla (138 avant J.-C.-78 avant J.-C.).
La fin du IIe siècle et le début du Ier siècle avant J.-C., avaient vu l'émergence de nouvelles revendications à Rome. Les Gracques avaient initié un mouvement qui allait aboutir, entre 91 et 95 avant J.-C., à une véritable guerre sociale opposant les Populares, partisans de la plèbe, et les Optimates, les clans sénatoriaux. Marius, homme d'humble extraction qui avait accédé au consulat en 107 avant J.-C., avait tenté de mener à bien les guerres extérieures -celle contre Jugurtha notamment-, et quelques réformes, mais les lois romaines elles-mêmes, le statu des uns et des autres se trouvait bouleversé du fait même des conquêtes. Des peuples de la péninsule avaient réclamé le statu de citoyen romain, avaient même créé une ligue indépendante ; les partis classiques se déchiraient, au point d'arriver à la guerre civile.
C'est dans cette situation critique pour Rome, qu'apparaît Sylla. Un homme qui va jouer le premier acte qui mènera à l'empire, donc à la fin de la République.
Aristocrate ambitieux, militaire de talent lors de la guerre sociale, Sylla atteint le rang de consul en 88 avant J.-C.. Surtout, il est un adversaire acharné des Populares et milite pour la conservation du pouvoir par les grandes familles romaines. Mais Sylla est plus qu'un conservateur. En fait, il se voit comme l'homme que les dieux ont désigné pour... régner. Exactement comme César après lui, comme Auguste et comme tous les empereurs qui feront l'empire.
Dernière mise à jour : ( 24-05-2010 )

Lire la suite...


Hérode, le roi des juifs... qui n'était pas vraiment juif
Ecrit par Constance Cousin   
21-05-2010
Jean le Baptiste présenté devant Hérode Antipas (miniature du Moyen Âge).
Jean le Baptiste présenté devant Hérode Antipas (miniature du Moyen Âge).
Si le nom d'Hérode est resté dans l'histoire, c'est, justement ou curieusement, grâce à celui que cette famille n'aura de cesse de souhaiter la fin : Jésus de Nazareth. Le premier de cette lignée de souverains, Hérode Antipater, n'était même pas originaire de Judée mais était Iduméen, un peuple arabe présenté par la Bible comme descendant d'Esaü. Les Iduméens ou Edomites étaient en fait un peuple installé sur la rive sud de la mer Morte et qui, lors de l'arrivée des Hébreux en pays de Canaan, tentèrent, en vain, de leur barrer la route. Plus tard, ils seront soumis par David et par Salomon et aideront même Nabuchodonosor à s'emparer de Jérusalem (587 avant J.-C.), traitrise qui allait leur permettre d'occuper  tout le sud du royaume de Juda. C'est à ce moment que les Iduméens devaient se convertir au judaïsme, ce qui faisait d'eux des juifs de religion mais non des Hébreux, ce qui, pour les conquérants romains, avait son importance.
Lorsque la Judée tomba sous la coupe romaine, le roi de Juda était Hyrcan II, souverain ô combien faible, dont le maire du palais, Hérode Antipater, fidèle à la longue tradition de son peuple, était tout dévoué aux Romains. Un faveur qui devait se reporter sur son fils, Hérode le Grand -qui n'a de grand que le surnom-, d'abord gouverneur de Galilée pour les Romains puis, par la grâce et la faveur de Marc Antoine, roi de Judée sur décision du Sénat romain (40 avant J.-C.).
Dernière mise à jour : ( 21-05-2010 )

Lire la suite...


« Carpe diem »
Ecrit par Mathilde Dumas   
19-05-2010
Horace (65 avant J.-C.-8 avant J.-C.).
Horace (65 avant J.-C.-8 avant J.-C.).
« Carpe diem ; cueille l'instant le jour, l'instant », écrivit un jour Quintus Horatius Flaccus. Une phrase qui a sans doute valeur de leçon pour le célèbre écrivain.
Fils d'un affranchi plutôt aisé devenu receveur dans les vente publique, Horace allait bénéficier d'une éducation soignée, d'abord sous la direction du sévère Orbilius, à Rome, puis à Athènes. Les luttes de pouvoir qui devaient suivre l'assassinat de César allaient cependant détourner le jeune homme de ses études et lui faire épouser le parti de Brutus qui avait levé une armée afin de combattre Octave et Antoine. C'est en tant que tribun militaire qu'Horace assiste à la bataille de Philippes (42 avant J.-C.) où il est, comme les autres, pris dans la déroute. Le jeune homme devient déserteur et doit alors se cacher. Et de retour à Rome, il découvre que ses biens ont été confisqués et vendus. Seule un reste de fortune va lui permettre de s'acheter une modeste charge de secrétaire à la questure, charge qui lui permet alors de vivre et de composer des vers.
C'est vers 41 et vers 35 qu'il compose, respectivement, ses premières Epodes et ses premières Satyres, des débuts qui lui valent rapidement l'estiment de Virgile et de Varius. Ceux sont d'ailleurs eux qui vont présenter Horace au célèbre Mécène qui, comme son nom l'indique, se plaisait à subvenir aux besoins de quelques artistes.
Dernière mise à jour : ( 19-05-2010 )

Lire la suite...


Suite...
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>



haut de la page Haut de page haut de la page



border borderborder border
     
border
powered by mambo open source - tdw
border
border border






border border border border
border border border border

Advertisement